Un laboratoire français parle d'essais "prometteurs" — Coronavirus

Evrard Martin
Mars 18, 2020

La chloroquine est dans tous les esprits.

Dans des vidéos publiées sur la chaîne Youtube de l'Institut les jours précédents, le professeur soulignait deux avantages de la chloroquine: son prix très bas et son utilisation depuis des dizaines d'années en tant qu'anti-paludisme, qui en fait un médicament sûr et rapidement disponible.

Cette étude a été réalisée sur 24 patients atteints du coronavirus.

Professeur Didier Raoult, infectiologue et directeur de l'Institut hospitalo-universitaire de Marseille. Au bout de six jours, 90% des patients de Nice et Avignon étaient encore porteurs du SARS-CoV-2, contre 25% des patients traités au plaquenil. Une étude saluée par le ministre de la Santé.

" J'ai pris connaissance des résultats et j'ai donné l'autorisation pour qu'un essai plus vaste par d'autres équipes puisse être initié dans les plus brefs délais sur un plus grand nombre de patients", a, de son côté, fait savoir Olivier Véran, ministre de la Santé, qui a émis l'espoir que ces essais permettent " de conforter les résultats intéressants " obtenus par le Pr Raoult. Des essais ont déjà débuté à Lille.

Suite à des essais cliniques jugés "prometteurs", on apprend que des millions de doses de l'anti-paludique Plaquenil pourraient être offertes aux autorités françaises par Sanofi afin de traiter potentiellement 300 000 malades.

Dimanche, le groupe de luxe LVMH a aussi dit agir en annonçant que sa branche parfums allait fabriquer des gels hydroalcooliques mis gracieusement à disposition des autorités sanitaires françaises.

"Ce mardi, Sibeth Ndiaye, porte-parole du gouvernement, a indiqué que ces essais cliniques étaient " prometteurs " et seraient étendus sur un plus grand nombre de patients".

Ces nouveaux essais cliniques "seront réalisés avec une équipe indépendante du professeur [Didier] Raoult", avait-elle également souligné, relevant qu'à ce stade "nous n'avons pas de preuve scientifique" que ce traitement fonctionne. De nombreux médecins restent prudents sur ce médicament. Pareillement, plusieurs experts appellent en effet à la prudence en l'absence d'études plus poussées, mais aussi à cause des effets indésirables. Si l'efficacité antivirale de l'antipaludéen est connue en laboratoire "jusqu'à maintenant, cela n'a jamais donné de résultats sur l'homme en pratique", rappelle François Bricaire.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL