Coronavirus : Ce qu'il faut retenir de l'allocution d'Edouard Philippe devant le Sénat

Evrard Martin
Mai 5, 2020

La quasi-totalité des marins du porte-avions Charles de Gaulle, testés positifs au Covid-19 à bord ou à leur retour à terre, ont été déclarés guéris et sont sortis de l'hôpital ou de leur confinement en enceinte militaire, a indiqué lundi soir le porte-parole de la Marine.

Si Bruno Retailleau dit douter aussi de la capacité du pays à procéder à 700 000 tests par semaine, le "problème" tiendrait moins au nombre matériel de tests qu'aux "bras", à "la capacité de faire ces tests, de les exploiter, de remonter les 25 personnes qu'une [personne positive] a croisées", admet le chef du gouvernement.

Un passage de son discours était cette fois réservé aux territoires d'outre-mer, "qui seront fournis en masques grand-public".

Des jeunes de moins de 25 ans, étudiants ou non, vont percevoir une aide de 200 €.

"Nous ne pouvons pas rester confinés".

"La vie économique doit reprendre impérativement et rapidement ", a martelé Edouard Philippe face aux sénateurs.

Ce qui n'a pas empêché le Sénat, dominé par l'opposition de droite, de ne pasvalider son plan, sans véritables conséquences pratiques toutefois.

Le déconfinement est reporté à Mayotte, où "le virus circule activement", a annoncé lundi le Premier ministre devant les sénateurs, précisant aussi que les interdictions d'arrivée dans tous les territoires d'Outre-mer seraient maintenues "au-delà du 11 mai" avec "obligation de quatorzaine".

Édouard Philippe a également qualifié la fermeture des écoles de "catastrophe pour les plus vulnérables des enfants et des adolescents", le décrochage scolaire étant selon lui "probablement une bombe à retardement", alors que certains élus locaux contestent la réouverture des écoles le 11 mai. "La réouverture des écoles nous semble donc une priorité, sociale et républicaine, qu'il faut évidemment concilier avec nos impératifs sanitaires ". Il sera ensuite adapté selon l'évolution de l'épidémie.

L'objectif est d'éviter une seconde vague de contamination au moment où la situation dans les hôpitaux se détend.

Sur la dernière carte diffusée par les autorités, la moitié des départements français étaient classés en vert, ce qui signifie qu'un déconfinement plus large pourra y être organisé. "Il y a urgence pour la culture", dangereusement plombée par la crise sanitaire, reconnaît Edouard Philippe, confirmant l'annonce de mesures d'accompagnement à ce secteur mercredi.

Parmi les inconnues qui perdurent sur l'après-11 mai, les inquiétudes des parents, enseignants et élus se cristallisent sur la question des écoles, que de nombreux maires refusent de rouvrir dès la semaine prochaine. Il a affirmé un prolongement du dispositif de chômage partiel jusqu'à fin mai.

La Commission européenne a par ailleurs autorisé lundi le soutien de 7 milliards que la France prévoit d'octroyer à Air France.

Leur retour, même progressif, au travail fait craindre des problèmes dans les transports, dont plusieurs grands opérateurs ont averti le gouvernement qu'ils ne pourraient pas faire respecter la distanciation d'un mètre entre les voyageurs sans éventuellement limiter, voire interrompre, le service.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL