Coronavirus : Uber licencie à nouveau 3 000 salariés, certains en visioconférence

Xavier Trudeau
Mai 20, 2020

Rien ne va plus pour Uber ... la COVID-19 pourrait avoir raison de la société.

Extrêmement fragilisé par la crise liée au coronavirus, le géant américain a lancé un plan de licenciement massif à travers le monde depuis le début du mois de mai. Toutes les divisions du groupe vont subir ces suppressions de postes. Elles ne concernent pas les chauffeurs, ces derniers ne sont pas considérés par Uber comme faisant partie de ses salariés. Touchée de plein fouet par les restrictions de déplacement prises pour endiguer la pandémie de Covid-19, la plate-forme réduit ainsi, en quelques semaines, d'environ un quart ses effectifs. Une quarantaine de bureaux dans le monde vont fermer. L'entreprise veut se concentrer sur le transport de passagers, son cœur de métier, et la livraison de repas: durant le confinement, Uber Eats a connu une véritable explosion des commandes. La société va notamment réduire la voilure de son laboratoire consacré à l'intelligence artificielle et son incubateur de projets. Elle étudie par ailleurs des "alternatives stratégiques" pour Uber Works, le service qui ambitionnait de mettre en relation entreprises et travailleurs.

"Compte tenu de l'impact dramatique de la pandémie et de la nature imprévisible de toute reprise éventuelle, nous concentrons nos efforts sur nos principales plateformes de mobilité et de livraison et redimensionnons notre entreprise pour qu'elle corresponde aux réalités de notre entreprise ", a expliqué le directeur général d'Uber, Dara Khosrowshahi, à l'Agence France-Presse (AFP). L'entreprise fait également face aux nombreuses critiques visant sa manière de licencier le personnel: la direction du service clientèle aurait organisé une téléconférence avec des milliers de salariés leur annonçant en même temps la mauvaise nouvelle.

Le simple fait de n'espacer que de 15 jours à peine les deux annonces de suppression d'emplois, laisse bien voir que Uber navigue à vue ... et en tout cas au jour le jour.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL