Covid-19 : aux États-Unis, premiers résultats encourageants d'un vaccin expérimental

Claudine Rigal
Mai 19, 2020

On voit bien que la nomination de Moncef Slaoui par le Président Américain, Donald Trump, à la tête du " commando " pour le vaccin anti COVID-19 n'est pas le fruit du hasard. Ces résultats très préliminaires sont encourageants pour le vaccin expérimental baptisé mRNA-1273, avant des essais à grande échelle prévus en juillet.

Le vaccin, nommé mRNA-1273, a semblé susciter une réponse immunitaire chez huit personnes à qui il avait été administré, de la même ampleur que ce qu'on observe chez ceux qui ont été naturellement contaminés par le virus, selon un communiqué du laboratoire.

Il est encore beaucoup trop tôt pour prédire l'avenir de ce vaccin, fondé sur une technologie appelée RNA messager qui n'a jamais prouvé son efficacité. Ce travail est mené en collaboration avec National Institute of Allergy and Infectious Diseases - Niaid (Institut national américain des allergies et des maladies infectieuses), sous le pilotage d'un comité que présidait le chercheur marocain Moncef Slaoui, jusqu'à sa nomination. La technologie vise à donner au corps les informations génétiques nécessaires pour déclencher préventivement la protection contre le coronavirus. "C'est un très bon signe que nous fabriquons un anticorps qui peut empêcher le virus de se répliquer", a-t-il ajouté.

Le laboratoire américain Moderna a annoncé ce lundi 18 mai des "données provisoires positives" de la première phase des essais cliniques de son médicament expérimental contre le coronavirus.

La deuxième phase de l'essai commencera d'ici juin sur 600 personnes, a dit Stephen Hoge, le président de Moderna, et la plus importante, la phase 3, devrait débuter en juillet; le protocole est en train d'être finalisé avec la FDA. "L'équipe de Moderna continue à se concentrer sur le lancement de l'essai crucial de phase 3 en juillet le plus rapidement et sûrement possible", a déclaré le patron de Moderna, Stéphane Bancel. Dans la foulée, le cours de l'action Moderna à New York était en hausse de 26 % à la mi-journée.

Le problème n'est pas seulement d'identifier un vaccin efficace et sûr, il faudra ensuite fabriquer des milliards de doses, et les distribuer selon un ordre qui reste à négocier internationalement.

Les grands laboratoires, ainsi que Moderna, ont donc annoncé qu'ils commenceraient à produire des millions de doses sans attendre le résultat de leurs essais cliniques, une prise de risque inédite et largement financée par les Etats et de grandes organisations non gouvernementales.

Concernant Moderna, dans la phase 1 des essais, trois groupes de 15 volontaires ont reçu trois doses différentes, avec un rappel 28 jours plus tard. Au vu des premiers résultats, les scientifiques ont décidé d'éliminer la plus forte dose de la suite des tests, étant donné que les doses moindres semblaient faire leur effet.

La société a annoncé récemment un partenariat avec le géant Lonza pour augmenter sa capacité de production et fabriquer jusqu'à un milliard de doses par an, si c'est la dose la plus faible qui est retenue.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL