Désastre psychologique pour les internes en médecine — Coronavirus

Evrard Martin
Mai 27, 2020

"On les décrit comme des " combattants " " au front", " en première ligne " face à un " ennemi " invisible. Comme on peut l'observer après un conflit armé ou un attentat, certains soignants souffrent aujourd'hui d'un syndrome de stress post-traumatique.

Un interne sur trois présente des symptômes de stress post-traumatique depuis la crise du coronavirus, selon une étude publiée vendredi par l'Intersyndicale nationale des internes (Isni), qui s'alarme de l'impact de l'épidémie sur la "santé mentale" des jeunes praticiens en médecine.

"L'épidémie a été très anxiogène pour les internes", souligne l'Isni dans cette enquête, réalisée entre le 20 mars et le 11 mai auprès de 892 médecins en formation, via un questionnaire basé sur des outils utilisés dans les études de psychiatrie.

Déjà très sujets au stress et aux risques relatifs à leur santé mentale, une nouvelle étude* de l'interSyndicale nationale des internes (Isni) révèle que la crise Covid a accentué la détresse psychologique des internes.

Du côté des symptômes, les internes déclarent des cauchemars, des reviviscences, l'impression de ne pas réussir à faire face, l'impossibilité d'en parler, l'irritabilité, la colère, l'anxiété, la tristesse...

Votre adresse de messagerie est utilisée uniquement pour vous envoyer nos newsletters personnalisées et autres messages de prospection pour des produits et services analogues du Groupe TF1. En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL