Francis Michel, l'abbé des Gilets jaunes, exclu de l'Eglise

Pierre Vaugeois
Mai 22, 2020

Ayant essuyé par le passé des peines juridiques et religieuses suite à d'autres affaires, cet ancien membre du clergé s'est vu infliger la mesure la plus sévère que puisse prendre l'Église catholique pour sanctionner l'un de ses ecclésiastiques. Il avait auparavant fait parler de lui en entonnant des chants anti-Macron aux côtés de manifestants.

L'abbé Francis Michel ne peut plus exercer, rapportent le Parisien. Le communiqué précise ensuite que la décision prend effet immédiatement, sans recours possible. L'évêque d'Evreux Mgr Christian Nourrichard avait alors réagi, affirmant son choc "car c'est dénaturer la mission de l'Église et ce qu'est un lieu de culte". Toutefois, il explique au quotidien francilien avoir refusé l'"acceptation" que l'évêque voulait lui faire signer, se disant "prêtre, quoi qu'on en dise". L'abbé Michel avait été définitivement condamné en octobre 2017 à 15.000 euros d'amende par la Cour de Cassation pour abus de confiance.

Suspendu a divinis depuis 2016, l'abbé Michel continuait malgré tout à célébrer des sacrements dans l'église de la commune du Planquay. Dans la vidéo en question, on le voyait entouré de nombreux Gilets Jaunes, menant en pleine messe leur hymne injurieux envers le président de la République: "Emmanuel Macron, oh tête de con, on vient te chercher chez toi!" Le religieux déchu s'était notamment affiché une soutane noire sous un gilet jaune lors d'une célébration. "J'ai une grande propriété privée, je peux très bien y monter un chapiteau et y dire la messe".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL