La Chine "exhorte" la France à annuler une vente d’armes à Taïwan

Claudine Rigal
Mai 15, 2020

Des critiques balayées par la France, qui invite la Chine à "se focaliser" plutôt sur la lutte collective contre la pandémie de coronavirus.

"Face à la crise du Covid-19, toute notre attention et tous nos efforts doivent être focalisés sur la lutte contre la pandémie", a déclaré le ministère français des Affaires étrangères, au lendemain d'une mise en garde de Pékin à Paris.

Selon la presse taïwanaise, la vente concernerait des équipements de frégates françaises vendues à la marine de Taïpei dans les années 1990, un dossier qui avait provoqué une grave crise diplomatique entre la France et la Chine.

Le ton monte de nouveau entre les deux pays, un mois après la convocation de l'ambassadeur de Chine à Paris pour des propos liés au coronavirus, malgré une volonté apparente de désescalade après chaque incident et même si la France a besoin de la Chine pour ses approvisionnements en masques. Pékin, qui a revu à la hausse le nombre de ses victimes, dément pour sa part toute dissimulation.

Taïwan, devenue le refuge des nationalistes du Kuomintang après l'accession des communistes au pouvoir en 1949 en Chine continentale, est un sujet ultrasensible pour Pékin, qui considère l'île comme l'une de ses provinces. "Le gouvernement de la République populaire de Chine est le seul gouvernement légal représentant l'ensemble de la Chine et Taïwan est une partie inaliénable de la Chine", rétorque Pékin. L'île n'est plus reconnue que par 15 États dans le monde, pour la plupart des nations pauvres d'Amérique latine et du Pacifique.

La question de Taiwan est la plus sensible des points de vue territorial et diplomatique aux yeux de la Chine, qui n'exclut pas de recourir à la force pour ramener l'île dans son giron.

Pékin s'agace aussi de la campagne menée par une douzaine de pays, dont les Etats-Unis, pour accorder le statut d'obervateur à Taïwan à la prochaine assemblée de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) les 18 et 19 mai.

Zhao Lijian, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, a déclaré que la Chine était résolument opposée à toute vente d'armes à Taïwan.

PEKIN, 13 mai (Reuters) - La Chine a exhorté mercredi Paris à ne pas vendre d'armes à Taiwan, dans le cadre de la modernisation de navires acquis il y a 30 ans auprès de la France.

La marine taïwanaise a indiqué le 7 avril 2020 dans un court communiqué qu'elle comptait moderniser ses frégates de fabrication française Lafayette.

Selon les médias taïwanais, la transaction s'élèverait à 800 millions de nouveaux dollars taïwanais, soit environ 24,67 millions d'euros.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL