La Chine se vante d'une "réussite stratégique majeure" — Coronavirus

Claudine Rigal
Mai 22, 2020

Mais avant toute chose, le Premier ministre chinois a célébré la "réussite stratégique majeure" du pays dans sa gestion de la crise sanitaire.

La Chine a largement jugulé l'épidémie sur son territoire et les restrictions de déplacement sont progressivement levées. Mais les conséquences du virus sur son économie sont amenées à durer.

"Nous, fils et filles de la nation chinoise, sommes restés unis pendant une période infiniment difficile et avons élevé une grande muraille de solidarité", s'est félicité Li Keqiang, devant les quelque 3 000 députés réunis, visage masqué, au palais du Peuple à Pékin, lors de l'ouverture de la session annuelle de l'Assemblée nationale populaire. Toutefois malgré cette "victoire" le pays doit désormais faire face à l'hostilité du président américain Donald Trump.

Pour Li Keqiang, le succès remporté contre l'épidémie "s'est payé d'un prix élevé". "La pression sur l'emploi a fortement augmenté", a-t-il reconnu.

"Notre pays sera confronté à certains facteurs qui sont difficiles à prévoir", s'est-il justifié, alors que les principaux clients de la Chine, Europe et Amérique du Nord, sont en panne.

Les dépenses militaires de la Chine vont connaître cette année leur plus faible progression en trois décennies, affichant malgré tout une hausse de 6,6% par rapport à 2019, alors que le pays est aux prises avec le ralentissement de son économie dans le sillage de l'épidémie de COVID-19 et s'estime exposé à des menaces croissantes.

Le Premier ministre a également annoncé l'émission d'un emprunt d'Etat de 128 milliards d'euros, auquel s'ajoute un vaste plan d'investissement de 481 milliards d'euros. Signe des difficultés économiques, ce budget, le deuxième du monde après celui des Etats-Unis, augmente moins que l'an dernier (7,5%).

L'opposition démocratique hongkongaise a vivement réagi dès jeudi soir, ainsi que les Etats-Unis, qui ont mis en garde Pékin contre une loi "très déstabilisatrice". Son article 23 prévoit une loi interdisant " la trahison, la sécession, la sédition (et) la subversion ". Mais la clause n'a jamais été appliquée.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL