Le distributeur de presse Presstalis menacé de liquidation partielle

Xavier Trudeau
Mai 17, 2020

De longues négociations entre les quotidiens et les magazines, actionnaires de Presstalis, avaient échoué lundi.

Le tribunal de commerce de Paris doit se prononcer vendredi sur ce plan. Presstalis vit sa troisième grande crise en dix ans, dans un contexte de fort repli des ventes en kiosque.

S'il est engagé, le redressement de la messagerie sera malgré tout très douloureux socialement, avec 265 salariés repris sur 910.

Ce plan propose la reprise d'une centaine des 209 postes du siège parisien de Presstalis, et 125 des 193 postes de la plate-forme de Bobigny, qui gère la distribution des quotidiens. Ils ne l'étaient déjà plus depuis le début de la semaine à cause d'un mouvement de grève. "Il a, par ailleurs, prononcé la liquidation sans poursuite d'activité des sociétés SAD et Soprocom ", des filiales, a indiqué la direction de Presstalis dans un communiqué. Et de réattribuer ces zones de distribution " à des dépositaires indépendants ou des nouveaux entrants ", a indiqué mardi Cédric Dugardin, président de Presstalis. Avec les liquidations des SAD, l'immense majorité des titres ne pourront pas être diffusés ces prochains jours. Les journaux régionaux bénéficient de leur côté de leurs propres réseaux de distribution.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL