Le LauncherOne échoue à son premier test de vol orbital — Virgin Orbit

Xavier Trudeau
Mai 26, 2020

La différence majeure entre un lancement classique et la solution proposée par Virgin Orbit est que la fusée ne décolle pas dans la même direction. La compagnie spatiale a tenté lundi de démontrer l'efficacité de sa technologie, à savoir le lancement d'une fusée depuis un avion gros-porteur, sans y parvenir. En effet, la fusée baptisée LauncherOne est accrochée sous une des ailes d'un Boeing 747 transformé en lanceur et sobrement baptisé Cosmic Girl.

"La mission s'est terminée peu après le début du vol ", a tweeté Virgin Orbit.

Lors de cet essai, Cosmic Girl a mené sa mission à bien, mais cela n'a pas été le cas de LauncherOne. Une fois à 10.000 mètres d'altitude, l'avion lâche la fusée, qui allume son moteur afin de gagner en vitesse pour atteindre l'espace et placer en orbite sa charge utile.

La phase initiale s'est bien passée lundi, selon Virgin Orbit.

" Nous avons confirmé une libération correcte par l'appareil".

De son côté, Virgin Orbit avait précisé avant le vol qu'il s'agissait de "la chose la plus complexe techniquement que nous ayons essayé de réaliser jusqu'à présent ". La société fondée par Richard Branson nous avait d'ailleurs avertis que le premier vol en orbite du LauncherOne pourrait mal se terminer, c'est malheureusement ce qu'il s'est passé. Une anomalie s'est produite dans la première phase du vol, a ensuite détaillé Virgin Orbit.

La deuxième fusée est déjà en cours de production, a-t-elle ajouté. "Les toutes premières secondes après la libération sont les plus importantes ".

Le concept d'un lancement aéroporté n'est pas nouveau.

Richard Branson a fondé une autre société spatiale appelée Virgin Galactic, qui utilise un concept similaire, mais vise à transporter des touristes et non des satellites, pendant quelques minutes en apesanteur, à plus de 80 km au-dessus de la surface.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL