Le médicament "remdesivir" vanté aux Etats-Unis est-il vraiment efficace — Coronavirus

Evrard Martin
Mai 2, 2020

Et ses résultats, rapportés dans le cadre d'une étude mondiale contrôlée versus placebo menée par les Instituts de santé américains (NIH), seraient "positifs", a affirmé dans une lettre ouverte parue le 29 avril Daniel O'Day, CEO de Gilead. Anthony Fauci a en outre fait remarquer que le remdesivir intègre le matériel génétique du coronavirus, et le court-circuite pour ne pas lui donner l'occasion de se répliquer. Le remdesivir est un promédicament monophosphoramidate d'un analogue de l'adénosine (GS-441524), inhibiteur de NUC, en cours d'essai clinique pour le traitement d'une infection par le virus Ebola.

Un vaste essai clinique du Remdesivir, du laboratoire américain Gilead Sciences, a porté des fruits qui donnent une lueur d'espoir dans les tentatives de trouver un traitement contre le Coronavirus.

Les Etats-Unis ont jugé hier que le remdesivir, un médicament antiviral, permettait d'accélérer la guérison des malades infectés par le Covid-19.

Comparés aux malades ayant reçu un placebo, les patients traités avec le remdesivir, un médicament expérimental qui n'a jamais été approuvé contre aucune maladie, se sont rétablis en 11 jours (temps médian) au lieu de 15 jours, a détaillé un communiqué des NIH.

En revanche, les résultats préliminaires ne montrent pas si le médicament permet de sauver des vies. La mortalité du groupe de patients traités par remdesivir était de 8%, contre 11,6% dans le groupe témoin; une différence trop faible pour exclure que ce soit le fruit du hasard.

L'essai a inclu 1 063 patients avec une forme avancée du Covid et des problèmes pulmonaires, dans 47 sites aux Etats-Unis et 21 autres en Europe et en Asie. Démarré le 21 février, l'essai consistait à injecter par intraveineuse du remdesivir pendant dix jours à des malades. Stephen Evans, de la London School of Hygiene & Tropical Medicine, souligne que l'on ignore, sur la base des annonces de mercredi, si des effets indésirables ont été observés.

L'action Gilead gagnait mercredi plus de 5% sur le marché boursier américain Nasdaq et les informations données par le laboratoire contribuaient à la hausse de l'ensemble de Wall Street. Gilead vendra ensuite le remdesivir à un prix "abordable", a-t-il dit au site Stat.

Mais le même jour, une équipe chinoise a publié une étude sur le remdesivir dans la revue scientifique The Lancet avec des résultats nettement moins positifs.

Il s'était montré prometteur lors d'essais en 2016, et avait été ensuite testé lors d'une étude de grande ampleur en République démocratique du Congo, qui le comparait à trois autres traitements. Selon lui, " d'autres études sont nécessaires pour déterminer si un traitement plus précoce au remdesivir, à plus fortes doses, ou en association avec d'autres antiviraux ou des anticorps neutralisants pourrait être plus efficace sur les patients atteints de formes graves ".

Dans cet essai, a dit le groupe, 62% des patients traités au début de la maladie ont pu sortir de l'hôpital, contre 49% de ceux qui ont été traités à un stade plus avancé. En attendant, l'hydroxychloroquine est contestée. Les autorités sanitaires américaines ont formellement déconseillé son utilisation il y a quelques jours en raison des effets secondaires graves sur le cœur.

Dans la foulée de cette annonce qui a été approuvée par son conseiller le Docteur Anthony Fauci, le président américain Donald Trump a demandé à l'Agence américaine du médicament (FDA) d'accorder " rapidement " une autorisation d'utilisation en urgence qui permettrait au Remdesivir d'être administré dans les hôpitaux hors d'essais cliniques.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL