L'OMS préconise des tests rigoureux sur la pharmacopée traditionnelle en Afrique — Coronavirus

Evrard Martin
Mai 7, 2020

"L'Afrique a d'ailleurs une longue histoire de médecine traditionnelle et de tradipraticiens de santé qui jouent un rôle important dans les soins aux populations", reconnaît-elle.

Le Bureau régional de l'Organisation mondiale de la santé pour l'Afrique a préconisé lundi que de nouvelles thérapies à base de pharmacopée traditionnelle contre le Covid-19, subissent des tests rigoureux avant leurs essais à grande échelle comme à Madagascar. "Les Africains méritent d'utiliser des médicaments testés selon les normes qui s'appliquent aux médicaments fabriqués pour les populations du reste du monde ", a écrit l'organisation dans un communiqué publié sur son site Internet. Elle admet que la médecine traditionnelle pratiquée en Afrique, recèle de nombreux bienfaits qui jouent un rôle important dans les soins aux populations. C'est le cas de l'Artémisia annua mais selon l'organisation, des essais devraient être menés pour évaluer l'efficacité et déterminer leurs effets indésirables, selon Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Mais "même lorsque des traitements sont issus de la pratique traditionnelle et de la nature, il est primordial d'établir leur efficacité et leur innocuité grâce à des essais cliniques rigoureux ".

La pandémie du Covid-19 a fait soulever le bouclier contre l'OMS surtout en ce qui concerne des produits de la pharmacopée africaine qui soigneraient ou aideraient à se prémunir du Covid-19. Quarante-trois de ces produits ont été inscrits sur les listes nationales de médicaments essentiels.

De même, avec l'appui de l'OMS, la quasi-totalité des pays de la Région africaine se sont dotés de politiques nationales dans le domaine de la médecine traditionnelle.

Il a déclaré que la prudence doit être prise contre la désinformation, en particulier sur les médias sociaux, quant à l'efficacité de certains remèdes alors que des efforts sont en cours pour trouver un traitement pour COVID-19. Toutefois, elle reste préoccupée par des substances et plantes proposées et qui ne répondent pas aux normes. "Cela peut aussi accentuer le recours à l'automédication et accroître le risque pour la sécurité des patients", prévient-elle.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL