" "Merkel dénonce les " tentatives scandaleuses " de la Russie — Cyberattaques

Claudine Rigal
Mai 16, 2020

"Mais aucun fait concret (appuyant la thèse d'un piratage russe, ndlr) n'a été fourni", a affirmé le ministre Sergueï Lavrov, avant de poursuivre: " Il n'y a aucun fait témoignant contre la Russie".

Mercredi 13 mai durant une séance de questions-réponses dans l'hémicycle du Bundestag (le parlement allemand), la chancelière s'est toutefois dite "blessée " par l'attitude de la Russie et par la confirmation que l'attaque informatique menée en mai 2015 contre le Bundestag a bel et bien été orchestrée par les services secrets russes. "Je peux honnêtement dire que cela me fait mal. Chaque jour, j'essaie d'avoir de meilleures relations avec la Russie et d'un autre côté, il y a des preuves tellement tangibles que les forces russes agissent ainsi", a déclaré le chef du gouvernement allemand, devant les députés réunis au Bundestag. Ces attaques avaient été attribuées au GRU, le renseignements militaire russe. Angela Merkel, interrogée sur le sujet, a étayé cette piste. Elle faisait référence à une cyberattaque ayant visé en 2015 à la fois la chambre des députés et ses services.

Un mandat d'arrêt à la demande du parquet fédéral allemand a en effet été récemment lancé contre un pirate informatique présumé, Dimitri Badin, également recherché par le FBI, selon l'hebdomadaire Der Spiegel.

Il est notamment soupçonné d'avoir participé au piratage de la campagne démocrate à l'élection présidentielle de 2016 aux Etats-Unis et d'avoir mené des actions contre l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).

"Malheureusement, la conclusion à laquelle je suis arrivé est que ce n'est pas nouveau", a déclaré Merkel, ajoutant que "la cyber-désorientation, la déformation des faits" faisaient tous partie de la "stratégie de la Russie", et que de telles tactiques d'espionnage sont "plus que inconfortables" ".

" Nous nous réservons toujours le droit de prendre des mesures, y compris contre la Russie ", a averti la chancelière, déplorant que ce type d'affaires " perturbe évidemment toute coopération fondée sur la confiance ".

La chancelière a aussi évoqué le meurtre à Berlin en 2019 d'un Géorgien d'origine tchétchène auquel sont mêlés, assurent plusieurs médias d'investigations, les services russes. Le tueur présumé a été interpellé juste après le meurtre mais, a prévenu Angela Merkel, " nous tâchons encore de retrouver " d'éventuels complices.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL