Mike Pompeo en Israël malgré la pandémie pour discuter "annexion" et Iran

Claudine Rigal
Mai 16, 2020

Leur accord prévoit le maintien de Benyamin Nétanyahou, dont le procès pour corruption doit s'ouvrir à la fin du mois, au poste de premier ministre pendant les 18 prochains mois, puis de Benny Gantz pour une période équivalente, et le partage équitable des portefeuilles ministériels entre les deux camps. Il est reparti dans l'après-midi. Après dix-sept mois d'une saga politique ponctuée de rebondissements et trois élections, le gouvernement d'union de Netanyahou et Gantz doit prêter serment jeudi devant la Knesset (Parlement) à Jérusalem.

En attente de la transition, M. Gantz sera ministre de la Défense, une disposition prévue dans l'accord et confirmée jeudi dans un communiqué de son parti " Bleu-Blanc ".

Le projet américain prévoit de faire de Jérusalem la capitale "indivisible" de "l'Etat juif" d'Israël et l'annexion de la vallée du Jourdain et des plus de 130 colonies israéliennes en Cisjordanie occupée.

Plus de 450 000 habitants dans les colonies israéliennes en CisjordanieAu cours de la dernière décennie, sous l'égide de Benjamin Netanyahu, la population dans les colonies israéliennes en Cisjordanie a bondi de 50 % pour dépasser les 450 000 personnes, vivant souvent sous tensions avec plus de 2,7 millions de Palestiniens. La veille, un soldat israélien a été tué par le jet de pierre d'un Palestinien dans le nord de ce territoire occupé depuis 1967 par Israël, au coeur des priorités du prochain gouvernement israélien. Et jeudi un Palestinien a foncé avec sa voiture sur un groupe de soldats israéliens, blessant un, avant d'être abattu.

M. Pompeo a déclaré "qu'il reste encore du travail à faire et nous devons progresser sur ce point".

Avant la visite, Pompeo a déclaré mardi au quotidien israélien Israel Hayom que la réunion était suffisamment importante pour justifier de se rendre en Israël pour des entretiens en face à face malgré la pandémie et qu'ils discuteraient des efforts pour empêcher l'Iran d'obtenir des armes nucléaires, le Plan Mideast de l'administration Trump et efforts de lutte contre le coronavirus. Selon les termes de l'accord, le mandat de Gabi Ashkenazi sera aussi de 18 mois à la tête de la diplomatie israélienne où il succédera à Israel Katz.

Après 500 jours de crise Israël se dote d’un gouvernement d’union
Mike Pompeo en Israël malgré la pandémie pour discuter "annexion" et Iran

" Les Etats-Unis sont parties prenantes de ce plan", a riposté le négociateur en chef des Palestiniens, Saëb Erakat, soutenant que Washington ne les avait pas contactés pour préparer cette visite.

"Dans nos différents échanges, des dirigeants internationaux nous ont clairement signifié que l'annexion représentait une menace non seulement pour la paix au Moyen-Orient mais pour l'ensemble du système international", a-t-il ajouté. Lorsque Mike Pompeo assure que toute décision serait uniquement israélienne, ses commentaires sont "fallacieux" car "l'administration Trump veut vraiment que l'annexion se concrétise", insiste Daniel Shapiro, ex-ambassadeur américain en Israël sous Barack Obama. Sans compter sur la dimension géopolitique (sur laquelle nous allons revenir), elle sert également la politique intérieure de Donald Trump en vue des élections à venir car elle lui assure le soutien de l'électorat évangéliste et affermit ainsi sa base sociale.

Outre ce dossier sensible, M. Pompeo doit discuter de l'Iran, ennemi N.1 de l'Etat hébreu qui est soupçonné d'avoir multiplié les frappes contre des positions iraniennes en Syrie voisine ces dernières semaines.

"Même durant cette pandémie, les Iraniens utilisent les ressources du régime des ayatollahs pour fomenter la terreur à travers le monde et ce, alors même que".

En Israël, les sondages suggèrent un soutien élevé à l'annexion à droite, mais faible au centre et à gauche de l'échiquier politique, des tendances représentées dans le gouvernement d'union, notamment par Benny Gantz ayant déjà émis des doutes sur une annexion rapide. Dans ce contexte, des analystes israéliens s'attendent à des mesures limitées du gouvernement d'union, comme le rattachement à Israël de colonies près de Jérusalem.

Téhéran "n'a pas arrêté une seule minute ses plans et ses actions violentes contre les Américains, les Israéliens et tous les autres dans la région", a affirmé M. Netanyahu.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL