Mike Pompeo : Trump se venge d’un fonctionnaire qui voulait enquêter sur lui

Claudine Rigal
Mai 19, 2020

Or le puissant secrétaire d'Etat de Donald Trump faisait justement l'objet d'une enquête interne car il est soupçonné d'avoir demandé à un agent du département d'Etat de promener son chien, entre autres requêtes personnelles.

Officiellement, Steve Linick avait perdu la confiance du président.

Sous pression, Mike Pompeo est sorti lundi de son silence, niant tout "acte de représailles" contre l'inspecteur général du département d'Etat limogé alors qu'il menait, selon les démocrates, plusieurs enquêtes potentiellement embarrassantes pour le chef de la diplomatie américaine.

Un assistant démocrate au Congrès, s'exprimant sous couvert d'anonymat, a déclaré que M. Linick enquêtait sur des plaintes selon lesquelles M. Pompeo aurait abusé d'une personne nommée par le pouvoir politique pour accomplir des tâches personnelles pour lui et son épouse. "Nous n'avons pas encore le tableau complet, mais il est troublant de savoir que le secrétaire d'Etat Pompeo voulait se débarrasser de Linick", a-t-il insisté.

Le secrétaire d'État s'était déjà attiré quelques critiques pour avoir emmené, depuis début 2019, son épouse Susan Pompeo dans nombre de ses voyages, alors qu'elle n'exerce aucune fonction officielle, obligeant une partie des équipes des ambassades, du département d'État " et de la sécurité à s'occuper d'elle.

Le département d'Etat a déclaré qu'il serait remplacé par Stephen Akard, l'actuel directeur du bureau des missions étrangères.

De son côté, la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a affirmé que Steve Linick avait été "puni pour avoir honorablement rempli son devoir de protection de la Constitution et de notre sécurité nationale".

Mais, "à la fin, ils sont tous au service du président et il a l'autorité pour les recruter et les limoger", a ajouté l'élu. Sa mission consistait à contrôler les 70 milliards de dollars que la diplomatie américaine dépense chaque année.

Avec la pandémie du Coronavirus qui frappe de plein fouet les Etats Unis, le président Donald Trump est en très fâcheuse posture. C'est en tout cas ce qu'a écrit ce dernier dans une lettre au Congrès.

M. Trump, acquitté lors du procès mené au Sénat, avait été accusé par les démocrates d'avoir suspendu une aide militaire à l'Ukraine pour contraindre Kiev à lui fournir des informations compromettantes sur Joe Biden, candidat démocrate à la présidentielle et ancien vice-président de Barack Obama. M. Bright assure avoir été écarté en raison notamment de son opposition à une utilisation large de l'hydroxychloroquine, un médicament un temps vanté par Donald Trump mais sans efficacité prouvée rigoureusement.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL