Pékin soutient une évaluation par l'OMS — Pandémie

Evrard Martin
Mai 8, 2020

Elle veut cependant faire ce pas uniquement "après la fin de l'épidémie".

Cette déclaration intervient après des pressions occidentales, notamment américaines et australiennes, demandant une enquête sur l'apparition du virus dans le pays asiatique à la fin de l'an dernier.

Cette évaluation devra se faire de façon "ouverte, transparente et inclusive", a précisé Hua Chunying, porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

L'OMS a annoncé le 1er mai que son Comité d'urgence avait convenu à l'unanimité que la pandémie actuelle restait "une urgence de santé publique à l'échelle internationale" et a proposé de travailler avec l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE) et l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) afin d'aider à identifier la source animale du virus. Point important: il ne s'agirait pas d'une procédure visant spécifiquement la Chine, mais bien d'une "évaluation", dont la forme n'a pas été précisée, et qui concernerait l'ensemble des pays du monde.

Les Etats-Unis et l'Australie ont appelé ces dernières semaines à l'ouverture d'une enquête internationale sur les origines de la pandémie en Chine. Ces conseils complètent les réponses socio-économiques pour faire face à la crise sanitaire, publiées la semaine passée.

Selon le chef de l'OMS, plus de 3,5 millions de cas de COVID-19 et près de 250.000 décès ont été signalés à l'OMS, et environ 80.000 nouveaux cas en moyenne ont été rapportés chaque jour. Elle souligne cependant que le nouveau coronavirus ne vient "pas forcément" du territoire chinois, car le patient zéro, qui n'a pas été retrouvé, aurait pu arriver d'ailleurs.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL