Plus de 1.000 morts dues au coronavirus au Brésil en 24h

Claudine Rigal
Mai 20, 2020

En Europe en revanche, la tendance est à la baisse.

Lundi, le Brésil était devenu le troisième pays du monde en terme de contaminations au coronavirus, bondissant du 6e rang, derrière les Etats-Unis et la Russie. Cette forte progression, qui confirme la tendance des derniers jours où cas et décès sont montés en flèche fait craindre le pire dans ce pays de 210 millions d'habitants et où la situation n'a de cesse d'empirer à cause de la pandémie du coronavirus (Covid-19). La communauté scientifique estime que les chiffres du ministère sont très largement sous-estimés, peut-être jusqu'à 15 fois, le pays pratiquant encore très peu de tests de dépistage.

Le pays a connu hier mardi une augmentation de 17 408 cas pour un total à 271 628 cas recensés, et 1179 décès (le record, 881 morts en 24 heures, le 12 mai) portant le total du bilan macabre à 17971 morts. Et les unités de soins intensifs d'hôpitaux des Etats de Sao Paulo, Rio de Janeiro (sud-est), du Ceara, d'Amazonas ou du Pernambouc (nord et nord-est), sont très proches de la saturation.

Malgré l'avancée de la pandémie, le président Jair Bolsonaro a attaqué les mesures de confinement prises par des gouverneurs de certains Etats du pays. Il s'agit d'un nombre en hausse de plus de 14.000 par rapport à la veille, ce qui ne signifie toutefois pas que ces milliers de nouveaux cas sont apparus au cours des dernières vingt-quatre heures.

L'armée s'est déployée dans des quartiers pauvres de Santiago, où des affrontements avec la police ont eu lieu, la population réclamant des aides pour lutter contre la faim.

En Colombie, le confinement général imposé depuis deux mois est prolongé jusqu'au 31 mai et l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 31 août.

Cinq pays d'Europe centrale (Allemagne, Autriche, Hongrie, Slovaquie et République tchèque) envisagent ainsi d'ouvrir les frontières entre eux vers la mi-juin.

En Espagne, Barcelone doit rouvrir mercredi les parcs et les plages aux promeneurs - mais pas aux baigneurs.

L'Afrique, avec moins de 3 000 décès et quelque 88 000 cas, est pour le moment relativement épargnée par la pandémie, qui y progresse moins vite que prévu.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL