Québec permet la réouverture de certains secteurs de l'économie

Evrard Martin
Mai 1, 2020

Les centres commerciaux demeureront fermés pour éviter la formation de possibles rassemblements.

Les magasins qui peuvent rouvrir doivent avoir une entrée sur l'extérieur.

Le ministre Fitzgibbon a tenu à préciser que les autres secteurs économiques, comme les centres commerciaux, les restaurants, les soins personnels, les lieux de diffusion ainsi que les secteurs culturel et touristique, resteront fermés "jusqu'à nouvel ordre". C'est ce qu'a annoncé le premier ministre François Legault, lors de sa conférence de presse quotidienne sur les développements de la COVID-19.

L'industrie de la construction rouvrira quant à elle complètement à partir du 11 mai, comme pour l'industrie manufacturière.

Par exemple, une entreprise comptant 50 travailleurs pourra fonctionner à plein régime. Cette dernière devra cependant se plier à des restrictions en matière de personnel par quart de travail.

Pour ce qui est de la construction et du secteur manufacturier, les activités reprendront le 11 mai partout au Québec. Le lundi 11 mai, les entreprises manufacturières de toutes les régions du Québec pourront reprendre leurs activités.

Déjà, les garages, les mines, les entreprises de paysagement et la construction résidentielle ont repris leurs activités.

Des programmes d'aide gouvernementale destinés aux entreprises en difficulté seront annoncés dans les prochaines semaines. Les épiceries demeurent aussi fermées le dimanche, sauf pour les commandes en ligne ou par téléphone et pour la livraison.

Le ministre de l'Économie, Pierre Fitzgibbon, a indiqué que la situation liée à la COVID-19 se stabilise.

Le gouvernement se réserve aussi le droit de modifier ce calendrier ou encore de reculer en procédant à un nouveau confinement, après une période de déconfinement, si la courbe de propagation du virus recommence à augmenter considérablement.

Des protocoles de retour au travail, incluant les mesures de protection à respecter, seront également fournis aux employés et aux employeurs.

Présent aux côtés des deux ministres, le directeur national de santé publique, Horacio Arruda, a avoué qu'il s'attend à ce que le déconfinement graduel de l'économie, des écoles et des garderies entraîne une augmentation du nombre de cas, et qu'il n'hésitera pas à faire marche arrière s'il le faut.

Il a dit espérer qu'il n'y aura "pas trop de gens qui vont mourir". "Le virus, on ne peut pas l'éliminer", a-t-il observé. Cette décision est aussi sujette à changement en fonction de l'évolution de la situation sanitaire.

Par ailleurs, malgré ces mesures de déconfinement de l'économie, les consignes de distanciation sociale d'au moins deux mètres et l'interdiction de tout rassemblement valent toujours pour l'ensemble de la population, a insisté le premier ministre.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL