Québec recommande "fortement" le port du masque artisanal

Evrard Martin
Mai 14, 2020

Le premier ministre a voulu se défaire en point de presse de toute confusion possible en se présentant masqué.

Le Parti Québécois (PQ) réclame du gouvernement Legault qu'il rende obligatoire le port du masque dans les lieux publics et les transports en commun à Montréal.

"Si, dans les prochains jours, et on y travaille fort, il y a assez de masques et qu'on est capables d'en donner à tous ceux qui utilisent le transport en commun, là, on pourra avoir la discussion", a tranché le premier ministre. Mesure non nécessaire aux yeux du D Arruda.

"S'il faut le rendre obligatoire, on va le rendre obligatoire", a soutenu le Dr Arruda, se disant prêt à défier s'il le fallait les chartes des droits et libertés, québécoise et canadienne, grâce aux pouvoirs conférés par la loi québécoise de santé publique. On voudrait se rendre jusque là, mais il faut avoir des clients.

Selon Pascal Bérubé, le gouvernement Legault a été "téméraire" en annonçant le déconfinement du Québec alors que 60% des décès au pays liés à la COVID-19 sont enregistrés dans la province. "Quand vous sortez de chez vous, mettez-vous un masque, que ce soit pour voir votre mère, aller au magasin, prendre l'autobus", a déclaré le premier ministre du Québec, François Legault.

Pour la première fois depuis le début de la crise sanitaire, le premier ministre Legault se rendra à Montréal jeudi et vendredi rencontrer les principaux acteurs de la lutte au virus, qui frappe durement la métropole, devenue l'épicentre de la pandémie au Canada.

Toutefois, avant d'en arriver là, il faudra que la santé publique en fasse une recommandation.

François Legault a rappelé mardi que " nos façons de vivre vont changer au cours des prochaines années", alors qu'un vaccin n'est pas attendu pour les prochains mois.

Avec la COVID-19, le portrait a changé radicalement en quelques semaines.

"L'économie est très affectée", a-t-il constaté, après deux mois de confinement des entreprises et des commerces.

Il s'est ensuite attardé aux finances publiques. Ça veut dire qu'on a fermé plus.

En santé, les dépenses supplémentaires occasionnées par la lutte au virus atteignent déjà 3 milliards $. Et c'est sans compter le manque à gagner dû à une baisse de revenus.

Dans un autre ordre d'idées, malgré l'approche de la saison estivale et des vacances, le premier ministre croit qu'il est encore prématuré de faire des réservations d'hébergement. "Si tout le monde le fait et tout le monde se protège, on se retrouve dans une situation idéale", ajoute M. Legault.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL