S'apprête à supprimer 5.000 emplois, selon Le Figaro — Renault

Xavier Trudeau
Mai 27, 2020

Renault s'apprête à supprimer 5.000 emplois d'ici 2024, sans licenciements secs, dans le cadre de son plan d'économies de deux milliards d'euros attendu en fin de semaine, rapporte Le Figaro dans un article publié mardi sur son site internet. Il s'agirait principalement de départs à la retraite non remplacés.

La crise est majeure dans le secteur de l'automobile, et particulièrement chez Renault.

Vers une suppression de 10 % de la main d'œuvre en France?

D'après les derniers chiffres disponibles, la société emploie en France quelque 48.000 personnes, 27% de ses effectifs globaux. Ouest France cite par exemple l'assemblage, à Cléon, d'un nouveau moteur électrique destiné aux trois partenaires de l'Alliance (Renault, Nissan, Mitsubishi).

Vers des activités de conception par télé-travail?

"Refuser la transformation maintenant, c'est courir le risque de la disparition de Renault demain", a déclaré mardi soir le ministre de l'Économie et des Finances Bruno Le Maire, interrogé sur BFMTV au sujet de ces informations.

Selon plusieurs médias français, le plan pourrait entraîner aussi la fermeture du site de Choisy, dont l'activité de recyclage mécanique serait transférée ailleurs, de la Fonderie de Bretagne à Caudan et du site d'assemblage de l'Alpine à Dieppe. Affirmant parallèlement que l'Etat serait " exigeant " sur les conditions dans lesquelles sera accordé le prêt garanti de 5 milliards d'euros promis au constructeur. "Je demande à ce que l'ensemble des salariés de Maubeuge et de Douai puissent avoir toutes les garanties sur leur avenir, leur capacité à produire, et à oeuvrer dans le groupe Renault". Voire différemment ou même avec des objectifs de production moindres?

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL