Vaccin contre le Covid-19: Sanofi renvoie l'UE à ses responsabilités

Evrard Martin
Mai 14, 2020

Il serait "inacceptable" que le groupe pharmaceutique serve en priorité les Etats-Unis estime la secrétaire d'Etat à l'Economie Agnès Pannier-Runacher.

La question de la fabrication en nombre suffisant de vaccins sur le sol européen avait été évoquée en avril par le directeur général du groupe pharmaceutique français Sanofi, Paul Hudson. "Pour nous, ce serait inacceptable qu'il y ait un accès privilégié de tel ou tel pays sous un prétexte qui serait un prétexte pécunier", a-t-elle déclaré sur Sud Radio ce jeudi matin. Une avance qui sera de quelques jours ou de quelques semaines sur le reste du monde, a-t-il précisé.

Selon le document consulté par Reuters, Stella Kyriakides envisage d'utiliser l'"instrument d'aide d'urgence" de l'Union européenne, l'ESI, afin d'augmenter la capacité de production de vaccins en Europe et d'offrir une assurance responsabilité aux laboratoires pharmaceutiques.

C'est ce qu'a indiqué son directeur général, Paul Hudson, à l'agence Bloomberg, mercredi.

"Nous nous sommes toujours engagés à ce que dans ces circonstances sans précédent, notre vaccin soit accessible à tous", a ajouté le laboratoire.

Interrogé à de multiples reprises sur un décalage entre Etats-Unis et Union Européenne (UE) en matière de distribution d'un vaccin, le patron de Sanofi en France s'est abstenu d'un démenti clair, assurant néanmoins qu'un tel traitement serait in fine "accessible à tous".

La déclaration a fait l'effet d'une bombe mercredi: les États-Unis seraient servis en premier si jamais le laboratoire Sanofi mettait au point un vaccin contre le Covid-19.

"Le gouvernement américain a le droit de prendre les plus grandes précommandes car il s'est investi pour prendre le risque", explique Paul Hudson dans cet entretien, qui a suscité un certain émoi en France notamment.

Or, "le gouvernement américain s'est fortement mobilisé très tôt financièrement", a-t-il souligné, soulignant que les USA avaient déjà prévu de verser "plusieurs centaines de millions d'euros".

Sanofi travaille actuellement sur deux programmes de développement d'un vaccin destiné à contrer le Covid-19, dont l'un en partenariat avec le britannique GlaxoSmithKline qui bénéficie du soutien financier de l'Autorité américaine de recherche et de développement en biologie médicale avancée (BARDA), rattachée au département américain de la Santé.

"Les Américains sont efficaces en cette période".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL