Coronavirus : le mécanisme de la perte d'odorat enfin expliqué

Evrard Martin
Juin 25, 2020

Le Covid-19 fait partie de la même famille que les coronavirus responsables des rhumes, mais s'en éloigne par bien des aspects. Or, en règle générale, la perte d'odorat est due à une infection par un virus, qui s'attaque aux voies respiratoires supérieures ou aux sinus.

S'ils sont connus pour entraîner des pertes d'odorats, ces virus ne sont pas mortels, contrairement aux virus du SARS, du MERS ou du Covid-19. Pour qui l'anosmie sans nez bouché est un signal aussi fiable qu'un test PCR pour savoir si vous êtes atteint du virus... Dans certains cas, l'anosmie peut persister pendant des mois et des années. Ils apportent une réponse sur l'origine de cette perte d'odorat. Les symptômes disparaissaient généralement au bout d'une à deux semaines plus tard, voire après plusieurs semaines chez certains patients.

Pourquoi alors cette perte d'odorat?

Ce retour soudain d'un odorat normal suggère une anosmie obstructive dans laquelle les molécules d'arôme ne peuvent pas atteindre les récepteurs dans le nez (le même type de processus que l'on obtient avec une pince sur le nez). Le reste du nez et des sinus semble normal et les patients n'ont aucun problème à respirer par le nez. Une protéine appelée TMPRSS2 aide ensuite le virus à envahir lesdites cellules. C'est le point de départ des ravages et de la destruction que ce virus provoque une fois dans le corps.

Cependant, des travaux menés par une équipe internationale ont récemment démontré que les récepteurs ACE2 nécessaires au virus pour entrer dans les cellules n'étaient pas présents à la surface des neurones olfactifs.

Ils ont en revanche été détectés à la surface des cellules " sustentaculaires", qui assurent un support structurel à ces neurones. Crédits: David H. Brann et al. La réponse immunitaire provoquerait alors un œdème de cette zone, tout en laissant intacts les neurones impliqués dans l'olfaction. Plus la réponse immunitaire est forte, plus les cellules seraient endommagées, à l'instar des neurones olfactifs. Ceci est plus théorique mais découle de ce que nous savons de l'inflammation dans d'autres systèmes. Lorsque cette inflammation est sévère, d'autres cellules voisines commencent à être endommagées ou détruites par ricochet. Cela pourrait expliquer la deuxième étape, où les neurones olfactifs sont endommagés. Le retour de l'odorat serait donc retardé, le temps que ces neurones olfactifs se régénèrent. La récupération initiale est souvent associée à une distorsion de l'odorat, connue sous le nom de parosmie, où une personne ne sent plus les choses comme avant.

"L'olfaction est parfois qualifiée de " Cendrillon des 5 sens ", car elle est bien souvent négligée par les travaux scientifiques.

Il a été prouvé que le fait de s'exposer quotidiennement, de façon répétée et consciemment a un certain nombre de substances odorantes est en effet bénéfique dans de nombreuses situations de perte d'odorat.

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL