"COVID-19: "L’OMS salue la " percée scientifique " des chercheurs britanniques

Evrard Martin
Juin 20, 2020

En tout cas beaucoup plus létal que l'hydroxychloroquine.

D'après l'OMS, la dexaméthasone est un médicament qui appartient à la famille des corticostéroïdes (plus simplement appelés corticoïdes ou stéroïdes).

Les orientations cliniques de l'OMS pour le traitement des patients infectés par le nouveau coronavirus s'adressent aux médecins et autres professionnels de la santé et cherchent à utiliser les dernières données pour informer les cliniciens sur la meilleure façon de lutter contre toutes les phases de la maladie, du dépistage au congé. "13% dans le groupe ne nécessitant aucune intervention". En revanche, le traitement n'a pas montré d'efficacité pour les patients qui ne nécessitent pas d'assistance respiratoire. Mais bien que celui-ci ait réduit le temps que les patients pouvaient passer à l'hôpital, il n'a pas eu d'effet statistiquement significatif sur le nombre de décès.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson l'a décrit comme la "plus grande percée à ce jour" dans l'effort de recherche mondial dans la lutte contre le coronavirus, lors du briefing quotidien. " Jusqu'à présent, il s'agit du seul médicament dont on a pu prouver qu'il réduit la mortalité, et il la réduit considérablement". "La dexaméthasone réduit les morts d'un tiers chez les patients placés sous ventilation artificielle", ont estimé dans un communiqué les responsables du vaste essai clinique britannique Recovery. "La dexaméthasone devrait désormais devenir la norme de soins chez ces patients". Il s'agit de la dexaméthasone, un stéroïde peu cher et facilement disponible, écrit l'AFP.

"Selon le Vidal, la molécule compte déjà plusieurs dizaines d'applications, dont certaines en ophtalmologies, principalement pour ses propriétés anti-inflammatoires". Ces résultats, s'ils sont confirmés, marqueraient un tournant, faisant du médicament le deuxième (après le remdesivir) à améliorer significativement la survie des patients dans un état grave, chez qui se met en place un emballement grave du système immunitaire, parfois appelé orage de cytokines. Le Royaume-Uni dispose de 200 000 traitements prêts à l'emploi stockés depuis mars. Une information qui fait la joie de nombreux médias outre-Manche. Communiqué de presse de l'université d'Oxford. Une étude détaillée doit suivre avant toute conclusion.

"La dexaméthasone, on sait que c'est un traitement qui marche", a indiqué Karine Lacombe, cheffe du service de maladies infectieuses et tropicales de l'hôpital parisien Saint-Antoine (AP-HP) interrogée mercredi sur France Inter. Elle est également administrée aux patients atteints de cancer qui subissent une chimiothérapie, pour contrecarrer certains effets secondaires de leur traitement anti-tumoral.

C'est justement une des actions de la dexamethasone, "un traitement à l'ancienne de l'orage de cytokine (avant que l'on en sache assez pour appeler cela un orage de cytokine)", rappelle sur Twitter le biophysicien David States. Eux [les Britanniques] l'ont montré, justement parce qu'ils avaient un taux de mortalité élevé.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL