Covid-19 à Pékin: situation encore "grave", selon les autorités

Claudine Rigal
Juin 30, 2020

Un confinement a été ordonné par les autorités locales.

Ainsi, les autorités ont annoncé, dimanche, qu'Anxin serait " entièrement enfermé et contrôlé ". Ce sont environ 400 000 personnes qui se sont vues enfermées dans cette province située à 150 km de Pékin.

Depuis un moment, le pays avait réussi à maîtriser le virus, mais avec l'avènement de nouveaux cas dans la ville en l'espace de moins de trois semaines, une nouvelle vague de contamination est crainte.

À présent, une seule personne de chaque famille sera autorisée à sortir une fois par jour pour acheter des produits de première nécessité tels que de la nourriture et des médicaments, a indiqué le groupe de travail de prévention des épidémies du comté, dans un communiqué. Face à cela, les autorités municipales avaient lancé une vaste campagne de dépistage, refermé les écoles, invité les citoyens de la ville capitale à ne pas la quitter et ont confiné des milliers de personnes dans les zones résidentielles considérées comme zones à risque. Une décision vécue comme "un nouveau coup de massue" pour les expatriés de la ville. D'après les déclarations du ministère chinois de la Santé ce dimanche, 14 nouveaux cas ont été détectés à Pékin lors des dernières 24 heures, portant le nombre total des cas à 311 depuis le début du rebond épidémique.

Après la détection d'un foyer sur un marché dans un quartier de Pékin, le niveau deux de sécurité a été mis en place et certains districts de la capitale mis en confinement. Il fournit l'essentiel des supermarchés et restaurants de la capitale en produits frais.

Environ un tiers des nouveaux cas rapportés jusqu'à présent sont liés à la section du marché réservée aux viandes de boeuf et de mouton, ont indiqué dimanche des responsables municipaux lors d'une conférence de presse.

Le dépistage toujours en cours concerne ceux qui ont fréquenté le marché, les employés de restaurants, les livreurs et les habitants de zones résidentielles jugées à risque.

Le 19 juin, un haut responsable du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies avait affirmé que le nouveau foyer de contamination était désormais "sous contrôle", mais que Pékin allait continuer d'enregistrer de nouveaux cas.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL