" "Hydroxychloroquine : " The Lancet " prend ses distances avec son étude controversée

Evrard Martin
Juin 4, 2020

La revue qui a publiée l'étude, The Lancet, a donc demandé à ce qu'une enquête soit menée pour s'assurer de l'intégrité des données - sans quoi elle s'en détachera très certainement.

L'OMS (Organisation mondiale de la santé), qui avait suspendu les essais cliniques sur l'hydroxychloroquine contre le Covid-19 après la publication de l'étude, est finalement revenue sur cette décision mercredi.

Il est notamment reproché aux scientifiques à l'origine de la publication du Lancet d'avoir rendu des conclusions d'observations, fournies à partir de la compilation de registres de différents patients. L'étude de Mehra et al se fonde sur une variété de données médicales attachées à plus de 90 000 patients atteints de la pneumonie virale pandémique et hospitalisés dans plus de 670 établissements dispersés à travers le monde. Fin mai, des dizaines de scientifiques avaient publié une lettre ouverte exprimant leurs "inquiétudes" sur les méthodes de la vaste étude. Pour rappel, elle concluait que l'hydroxychloroquine n'était pas bénéfique aux malades du Covid-19 hospitalisés et pouvait même être néfaste. "Ces corrections ont été apportées à la version en ligne en date du 29 mai 2020 et le seront à la version imprimée", précise The Lancet dans son erratum. "Ce n'est pas assez, nous avons besoin d'une vraie évaluation indépendante", a réagi sur Twitter le chercheur James Watson, l'un des initiateurs de la lettre ouverte.

Ces résultats, qui vont dans le même sens que plusieurs autres études à plus petite échelle, ont eu un retentissement considérable et des conséquences spectaculaires. Elles ont porté sur les données rapportées dans l'article de Mandeep Mehra et ses coauteurs " indique The Lancet dans un communiqué.

Une correction qui satisfait le professeur Didier Raoult, grand défenseur de l'utilisation de l'hydroxychloroquine contre le Covid-19.

Mais cette société est au centre de toutes les interrogations: une autre revue médicale de référence, le New England Journal of Medicine (NEJM), a aussi publié mardi une "expression of concern" au sujet d'une étude de la même équipe, réalisée avec les bases de données de Surgisphere. Cette étude-là ne portait pas sur l'hydroxychloroquine mais sur un lien entre la mortalité due au Covid-19 et les maladies cardiaques.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL