Infos Reuters: Le FMI réduit encore ses prévisions pour l'économie mondiale

Xavier Trudeau
Juin 25, 2020

Le Fonds monétaire international a annoncé, ce mercredi 24 juin, qu'il prévoyait désormais cette année une contraction du PIB mondial de 4,9% contre 3% en avril.

Au moment des prévisions d'avril, l'équipe de Gita Gopinath, économiste en chef du FMI, estimait que l'incertitude ne pouvait conduire qu'à des alternatives plus pessimistes, a-t-elle souligné lors d'un entretien avec l'AFP.

Pour l'heure, aucun pays n'échappe au pessimisme ambiant à commencer par la Chine, d'où est parti, fin 2019, le virus mortel. Le PIB des États-Unis, première économie du monde, va ainsi plonger de 8 %, contre 5,9 % estimés précédemment.

Le second scénario alternatif se base sur une reprise économique plus rapide qu'estimé actuellement, avec des mesures post-confinement plus efficaces (distanciation physique et tests plus efficaces, pratiques de traçage et d'isolement) et une reprise plus rapide que prévu au cours du second semestre.

Une croissance mondiale qui rebondit mais, derrière les chiffres, une chape de plomb sociale, une flambée des faillites et une incertitude généralisée: tour d'horizon des scénarios pour l'économie mondiale en 2021 après le choc du coronavirus.

Prévisions du FMI pour les régions du monde. Mais elle a répété que les projections seront moins bonnes que celles publiées en avril.

In fine, cela pourrait se révéler pire ou meilleur.

Ainsi, malgré la reprise attendue, le PIB mondial 2021 devrait être inférieur d'environ 6,5% au niveau prévu en janvier dernier, avant que n'éclate la pandémie.

Au contraire, "de nouvelles vagues d'infections peuvent freiner" la reprise "et resserrer rapidement les conditions financières, provoquant un surendettement", a résumé Gita Gopinath. Non, avertissent de plus en plus d'économistes, alarmés par la violence du choc au premier semestre. Elle est aussi "inégale", souligne Gita Gopinath. Cette récession fait suite aux mesures de confinement pour endiguer la pandémie de Covid-19.

"Par ailleurs, la possibilité de "résultats alternatifs" ne s'explique pas seulement par l'évolution de la pandémie", constate le FMI.

Enfin, au-delà de la pandémie, d'autres risques compromettent l'économie mondiale, souligne le FMI, citant "l'escalade des tensions entre les Etats-Unis et la Chine", "l'effilochage des relations entre l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et la coalition des producteurs de pétrole" ou encore "les troubles sociaux".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL