Israël:L'ONU exige l'abandon des plans d'annexion de la Cisjordanie

Claudine Rigal
Juin 26, 2020

Le secrétaire général de l'ONU a lui été clair: si elle était mise en oeuvre, l'annexion constituerait une violation des plus sérieuses de la loi internationale, endommagerait gravement la perspective d'une solution à deux états, et saperait les possibilités de reprise des négociations.

Les Palestiniens ont rejeté en bloc le plan américain, qui propose aussi la création d'un Etat palestinien démilitarisé et sur un territoire morcelé. Lors de la reconnaissance par les Etats-Unis de Jérusalem comme capitale d'Israël, une résolution condamnant cette décision avait d'ailleurs été approuvée fin 2017 au Conseil de sécurité par 14 membres sur 15, mais les Etats-Unis avaient utilisé leur veto.

"Avec une hypocrisie sans nom, la suite du communiqué parle des " relations d'amitié qui règnent entre l'Europe et Israël et que l'Europe souhaite préserver et développer " ainsi que de la " sécurité d'Israël qui est chère aux yeux de l'UE " (Contrairement à ses droits nationaux) mais le communiqué se poursuit par une menace: " L'annexion entraînerait des conséquences dans nos relations proches avec Israël ". Plus de 1000 élus des Parlements de 25 pays d'Europe ont appelé hier les dirigeants européens, dans une lettre ouverte, à "agir résolument" pour "empêcher" le projet israélien controversé d'annexion de pans de la Cisjordanie occupée.

L'Union européenne cherche à persuader Israël de faire machine arrière et envisage des sanctions si le chef du gouvernement de l'occupation israélienne, Netanyahu, "met en œuvre" le plan d'annexion.

La zone qui pourrait être annexée par Israël est déjà sous son contrôle de fait mais, selon un accord qui a suivi en 1995 les accords d'Oslo, elle avait vocation a être transférée à un futur Etat palestinien. "Les enclaves israéliennes à l'intérieur du territoire palestinien feront partie de l'Etat d'Israël et y seront connectées avec un système de transport efficace".

Pour sa part le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a déclaré mercredi au Parlement de la Ligue arabe, "si Israël annexe ne serait-ce qu'un centimètre de la Cisjordanie, il sera obligé de porter les responsabilités d'un occupant sur la population civile, conformément à la quatrième Convention de Genève ".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL