John Bolton lâche sa bombe contre Trump — États-Unis

Pierre Vaugeois
Juin 27, 2020

En août dernier, lorsque la nouvelle d'une réunion entre Trump et ses proches conseillers dans un de ses clubs de golf sur la situation en Afghanistan avait fuité dans la presse, le président américain avait fulminé contre CNN, raconte Bolton, cité par la chaîne ce jeudi.

Un juge fédéral a statué samedi que l'ancien conseiller à la sécurité nationale, John Bolton, pourrait aller de l'avant en publiant ses mémoires " The Room Where It Happened ", tout en argumentant que la conduite de Bolton en publiant le livre " soulève de graves préoccupations en matière de sécurité nationale ".

Ce constat s'applique particulièrement à la "politique chinoise " de Donald Trump, souvent décrite comme une défense vigoureuse et efficace des intérêts américains dans la compétition géopolitique avec Pékin.

Selon ces extraits initiaux, John Bolton rapportait notamment une conversation d'août dernier au cours de laquelle Donald Trump lui avait expliqué ne pas vouloir débloquer une aide cruciale à l'Ukraine tant qu'elle n'enquêterait pas sur son adversaire démocrate Joe Biden - désormais candidat contre lui à la présidentielle du 3 novembre.

Pour John Bolton, c'est clair: "Trump a mélangé le personnel et le national, non seulement sur les questions commerciales, mais aussi dans le domaine de la sécurité nationale (...) Les conversations de Trump avec Xi reflètent non seulement les incohérences de sa politique commerciale mais aussi l'interconnexion dans l'esprit de Trump entre ses propres intérêts politiques et l'intérêt national américain ".

Les efforts de Donald Trump pour bloquer les informations nuisibles à son image se sont souvent retournés contre lui.

Un échec pour la Maison Blanche.

Le livre controversé est présenté comme riche en confessions au sujet des 17 mois que John Bolton a passé en temps que Conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump. ". Mais cette interrogation ne fait pas une blague, écrit Bolton dans son oeuvre".

"Il aurait également décrit des journalistes comme des " salauds " qui " devraient être exécutés ". "Bien sûr, le livre aurait déjà pu circuler et être divulgué à de nombreuses personnes et aux médias, et le juge très respectable n'aurait rien pu faire pour l'arrêter", a répondu Donald Trump sur Twitter. Il avait pourtant refusé de témoigner à la Chambre des représentants, préférant - selon ses détracteurs - protéger un contrat de plusieurs millions de dollars pour ses mémoires.

John Bolton s'est inquiété, auprès du ministre de la Justice Bill Barr, " de la volonté de Trump de rendre des services à des autocrates", dont le président turc.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL