La COVID-19 a fait très mal aux finances du Québec

Xavier Trudeau
Juin 21, 2020

Le gouvernement avait prévenu au cours des dernières semaines que le déficit s'élèverait entre 12 et 15 milliards pour 2020-2021. La pandémie a forcé l'interruption de près de 40 % de l'économie du Québec et a entraîné la perte de 820 500 emplois. Après avoir atteint 17 % en avril, le taux de chômage est de 13,7 %.

Les revenus ont fondu de 8,5 milliards $

. L'impact budgétaire totalise plus de 6,6 milliards de dollars, soit 3,7 milliards pour renforcer le système de santé, 1 milliard pour appuyer les travailleurs et les particuliers et 2 milliards pour atténuer l'impact de la pandémie sur l'économie. Québec a mis plus de 28 milliards de dollars en liquidités à la disposition des différents acteurs économiques du Québec. L'achat de tests de dépistage devrait représenter une dépense de 200 millions pour respecter l'objectif de 20 000 tests par jour - on est encore loin de ce nombre d'analyses pour le moment. Ce déficit inclut une provision de 4 milliards pour pallier aux risques économiques d'une possible deuxième vague.

Pendant ce temps, le poids de la dette du Québec continue de s'alourdir. L'endettement est creusé encore davantage en raison des investissements supplémentaires dans les infrastructures annoncés par le gouvernement Legault. Elle atteindra l'an prochain près de 222 milliards $.

Il a promis que le retour à l'équilibre ne se fera pas au détriment des services publics ou en augmentant le fardeau fiscal des Québécois.

Déposé tout juste avant que le confinement, le budget du ministre des Finances tablait sur une croissance de 2% du PIB réel. Le ratio de sa dette brute sur le PIB passera de 43,4 % en 2020 à 50,4 % en 2021, en hausse substantielle de 22,9 milliards $.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL