Le FMI revoit à la baisse ses prévisions de croissance mondiale

Xavier Trudeau
Juin 26, 2020

Le Fonds monétaire international a annoncé, ce mercredi 24 juin, qu'il prévoyait désormais cette année une contraction du PIB mondial de 4,9% contre 3% en avril.

Pour l'économie mondiale, l'organisation estime qu'elle devrait connaître, cette année, un recul de 4,9 %, 1,9 point de moins que les prévisions d'avril. Globalement, le PIB de 2021 devrait donc se retrouver quelque 6,5 points de pourcentage au-dessous du niveau envisagé par les projections établies en janvier 2020, avant la pandémie de COVID-19.

Alors que la tentation des Etats est grande de lever toujours plus les mesures de précaution prises pour endiguer la progression de la maladie afin de relancer leur activité économique, le FMI doit actualiser ses perspectives de croissance mondiale dans l'après-midi.

Plus de 12 000 milliards de dollars de perte cumulée pour l'économie mondiale en 2020 et 2021 à cause de la pandémie de coronavirus. Les mesures de soutien à l'économie (dispositif de chômage partiel, reports de charges, fonds de solidarité, plans sectoriels, etc.) et "le plan de relance en préparation soutiendront nos entreprises pendant la crise et permettront un rebond en 2021", a-t-il ajouté, soulignant que la France possédait "tous les atouts pour sortir plus forte de la crise".

In fine, cela pourrait se révéler pire ou meilleur.

Le FMI a prévu, comme en avril, que l'économie iranienne, la deuxième de la région, se contracterait de 6% et serait dans le rouge pour la troisième année consécutive, étouffée par de lourdes sanctions américaines rétablies après le retrait unilatéral des Etats-Unis en 2018 de l'accord sur le nucléaire iranien.

Si un vaccin est découvert, la reprise devrait s'accélérer. Non, avertissent de plus en plus d'économistes, alarmés par la violence du choc au premier semestre. Au contraire, "de nouvelles vagues d'infections peuvent freiner" le redémarrage "et resserrer rapidement les conditions financières, provoquant un surendettement", a résumé Gita Gopinath, son économiste en chef. Certains secteurs comme les ventes au détail rebondissent quand d'autres comme les services "à forte intensité de contacts, l'hôtellerie, les voyages et le tourisme, restent déprimés", constate-t-elle. L'ampleur de la récente embellie sur les marchés financiers semble décorrélée de l'évolution des perspectives économiques, comme indiqué dans la Mise à jour du Rapport sur la stabilité financière dans le monde (GFSR).

Incendie volontaire à Lannion, la Bretagne a le taux de circulation du Covid-19 le plus faible du pays, Greenpeace dénonce " l'élevage industriel " breton, ramassage des algues vertes en Morbihan et le concert de Céline Dion aux Vieilles Charrues 2021 complet: en deux minutes et tout en images, ... Vous avez deux minutes?

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL