Le marché automobile plonge en mai — France

Xavier Trudeau
Juin 2, 2020

Les immatriculations de voitures neuves en France ont chuté de 50,3% en mai par rapport au même mois de 2019, alors que les mesures de confinement mises en place en mars pour tenter d'endiguer l'épidémie de coronavirus ont été assouplies à compter du 11 mai, a annoncé lundi le Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA). Pour preuve, les ventes ont respectivement reculé de 72 % et de 89 % à cause du confinement et de la fermeture des concessions.

En avril, le marché enregistrait sa plus forte baisse historique avec une chute des immatriculations de 88 %.

Dans ce contexte particulier, les ventes de voitures électriques représentent 4% du total des nouvelles immatriculations, pour un total de 4.112 immatriculations, contre 2.736 un an plus tôt.

Le groupe Renault (marques Renault, Dacia et Alpine), déjà ébranlé en 2019 par les difficultés de son partenaire Nissan et par la dégradation de plusieurs marchés émergents qui ont fait son succès, a vu quant à lui ses immatriculations en France décliner de 50,4 % en mai, soit 24 472 immatriculations. La marque Renault est en repli de 49,9 % avec 18 043 unités livrées.

Après un mois d'avril catastrophique, le déconfinement de mai entraine un léger sursaut du marché automobile même s'il affiche encore une baisse de 50% comparé à la même époque en 2019, avec 96.310 immatriculations de véhicules neufs particuliers enregistrées.

Le CCFA note toutefois que le marché des véhicules particuliers électriques progresse sur les cinq premiers mois de l'année.

Les hybrides progressent également, de 46.566 unités immatriculées sur les cinq premiers mois de 2019 à 52.646 sur la période équivalente de 2020 (de 5% à 10,9%).

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL