Le réseau mondial de production perturbé par une cyberattaque — Honda

Xavier Trudeau
Juin 11, 2020

Honda a été contraint de suspendre la production mondiale pendant une journée en raison d'une cyberattaque qui a infiltré les serveurs internes de l'entreprise à Tokyo, rapporte le Financial Times. Si la production a repris dans la plupart des usines dès mardi, celles situées en Inde et au Brésil sont toujours à l'arrêt, car la demande de rançon bloque les systèmes de production.

Même si les systèmes étaient sauvegardés, de nombreux employés des services clients et financiers de Honda aux États-Unis n'ont pas la possibilité de travailler à distance. Au total, 11 usines du groupe ont été affectées par cette attaque survenue en début de semaine, dont cinq sites aux Etats-Unis, selon des médias japonais. Le géant japonais se montre néanmoins rassurant sur les conséquences de cet incident. Cependant, il n'y a pas de preuve actuelle de la perte d'informations personnelles identifiables. La société travaille à la réparation des systèmes, a par ailleurs déclaré un porte-parole du groupe.

"Honda a connu une cyberattaque qui a affecté les opérations de production dans certaines usines américaines".

Le virus à l'origine de cette attaque est une variante du ransomware appelé SNAKE, également connu sous le nom de EKANS.

L'exfiltration de données est une tendance à la mode pour les cyberattaques par ransomware. Ce type d'attaque implique un pirate informatique qui crypte les fichiers d'une entreprise pour les garder en otage, puis propose de les décrypter en échange d'argent. En Europe, nous enquêtons pour comprendre la nature de tous les impacts. Aucune information n'a en revanche été fournie sur le montant de la rançon et sur son éventuel paiement.

Il s'agirait une nouvelle fois pour Honda d'une cyberattaque par ransomware.

C'est depuis le dimanche 7 juin 2020 que le constructeur automobile Honda subit de fortes perturbations sur son réseau informatique au niveau mondial.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL