Legault veut corriger le "problème" du temps partiel dans les CHSLD

Xavier Trudeau
Juin 20, 2020

"Ceux qui comme les infirmières ont des formations supérieures à celle des préposés aux bénéficiaires vont gagner au moins 49 000 $ par année, s'ils travaillent à temps plein", a-t-il précisé.

La ministre responsable des Aînés, Marguerite Blais, avait déjà répété jeudi que le gouvernement n'entendait pas revenir sur sa parole à ce sujet, quitte à adopter de nouvelles réformes pour garantir l'engagement du gouvernement de la CAQ, si cela était nécessaire. "La disponibilité doit être à temps plein".

François Legault a fait valoir que les informations transmises à ces étudiants étaient inexactes, voire mensongères.

On sait que c'est un problème dans le réseau de la santé.

"Donc, il y aura effectivement un choix à faire pour ces employés-là". Il n'y a pas une organisation dans le secteur privé qui serait capable de fonctionner avec la moitié de ses employés à temps partiel.

Les préposés aux bénéficiaires qui travaillent actuellement à temps partiel auront par ailleurs la possibilité de postuler sur des postes à temps plein, indique François Legault, l'objectif avoué étant de réduire le plus possible le plus d'emplois à temps partiel.

Tous les préposés aux bénéficiaires actuellement dans le réseau se verront donc offrir des postes à temps plein à 49 000$ par année, en plus des 10 000 autres présentement en formation accélérée jusqu'à la mi-septembre, a réitéré François Legault. "C'est un problème qu'il faut corriger", a-t-il enchaîné.

De passage à Beaupré vendredi pour y rencontrer les autorités médicales de la région, le premier ministre du Québec a plaidé pour des changements majeurs dans les façons de faire.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL