Maroc : Un logiciel d'espionnage israélien utilisé contre un journaliste

Claudine Rigal
Juin 26, 2020

Notre collègue Omar Radi a reçu ce 24 juin une convocation de la Brigade Nationale de la Police Judiciaire.

De même que le procureur du roi avait assuré que ladite enquête, diligentée sous la supervision du parquet général compétent, se déroulera "dans le respect total des procédures juridiques".

L'ouverture de cette enquête intervient deux jours après la publication d'un rapport d'Amnesty International concernant le piratage du téléphone du journaliste par les autorités marocaines via un logiciel d'espionnage de la firme israélienne NSO.

Mais, l'ONG a fini par admettre dans son rapport, "qu'elle ne dispose d'aucune preuve sur l'achat, par Rabat, de cette technologie" ou de fournir la moindre preuve tangible sur une telle transaction. Allusion notamment à des journalistes, comme Omar Radi, qui critiquent la politique des droits humains au Maroc.

Ce n'est pas la première fois que le jeune journaliste Omar Radi a affaire à la justice.

Il a été entendu et placé en détention préventive en attente du démarrage de son procès, mais le juge l'a finalement relaxé pour être poursuivi en liberté provisoire.

Pour rappel, le 17 mars dernier, Omar Radi avait été condamné à 4 mois de prison avec sursis pour outrage à magistrat.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL