PSA renonce à faire venir ses salariés polonais — Usine d'Hordain

Xavier Trudeau
Juin 14, 2020

Ces décisions ont évidemment fait bondir les syndicats, notamment la CGT qui "n'acceptera pas que les travailleurs PSA deviennent des nomades de l'industrie automobile à travers l'Europe".

Le ministère de l'Economie a annoncé samedi 13 juin que le groupe automobile PSA allait revenir sur sa décision de faire travailler ses ouvriers polonais pour renforcer ses équipes du site d'Hordain (Nord), ainsi que le gouvernement le lui avait demandé vendredi.

Ce lundi, une centaine d'ouvriers du site polonais de Gliwice devaient renforcer les équipes d'Hordain. "Le redémarrage ne se fait pas au même niveau sur tous les sites". La direction envisage aussi de faire venir des salariés de Saragosse, en Espagne.

"Le groupe choisit de donner de l'activité à ses salariés", justifie-t-on, alors que 80% des employés de l'usine polonaise, qui reprend "progressivement", seraient en activité partielle. La direction soutient ne faire aucune économie avec cette stratégie.

"Cette équipe supplémentaire dépendra du maintien de la demande des clients dans un contexte économique incertain et de la poursuite des aides gouvernementales en soutien du marché automobile très fortement ébranlé par les conséquences du COVID19 et les nouvelles réglementations en matière d'émissions", a-t-elle ajouté.

"On est au stade de chercher des solutions pour trouver des gens pour rejoindre nos équipes qui ne sont pas au complet sans faire appel à des intérimaires" puisqu'il y a encore des mesures de chômage partiel dans le groupe, selon les fonctions et les sites, a indiqué la porte-parole de Metz. "On est conscient que PSA veut privilégier l'emploi de ses salariés mais elle met sur le carreau ses intérimaires", a regretté Frédéric Jarousset (FO). "C'est à vomir!", a-t-il regretté sur Twitter.

Inquiet du sort de ses collègues polonais, Anh-Quan Nguyen, délégué syndical central CFE-CGC et membre du comité de groupe européen, se montrait plus compréhensif: " Ils sont dans une situation beaucoup plus précaire que les Français. Pour rappel, l'usine PSA de Sevelnord d'Hordain produit pour les marques Peugeot, Citroën, Opel, Vauxhall et Toyota des utilitaires et des véhicules pour le transport de personnes. Une usine qui avait fermé ses portes de mi-mars à début mai à cause du confinement lié à la pandémie.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL