Syrie : La France annonce avoir rapatrié 10 enfants de djihadistes

Claudine Rigal
Juin 25, 2020

Dix enfants de djihadistes français ont été rapatriés en France dans la nuit de dimanche à lundi, selon des précisions du ministère français des Affaires étrangères.

"Ces enfants ont été remis aux autorités judiciaires françaises et font désormais l'objet d'un suivi médical particulier et d'une prise en charge par les services sociaux", précisant que "la décision a été prise au regard de la situation de ces jeunes enfants particulièrement vulnérables et dans le cadre des autorisations données par les responsables locaux". Sur Europe 1, la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, a expliqué que ces enfants n'ont jamais fait le choix d'aller sur ces terrains de combats ou d'accompagner les opérations des djihadistes.

Depuis mars 2019, 28 enfants de djihadistes ont été rapatriés par la France. Toutefois, aucune explication n'a été fournie quant aux circonstances dans lesquelles ces enfants ont quitté la Syrie, ni le lieu d'arrivée sur le territoire français. De plus, le collectif Famille unies, chargé de regrouper des proches de ces enfants de djihadistes en France, recense toujours environ 300 mineurs retenus, la plupart du temps dans des tentes. La situation est par ailleurs compliquée pour les enfants non orphelins, pour lesquels l'autorisation de la mère est nécessaire. Cinq enfants sont revenus en mars 2019, douze en juin 2019 et une fillette souffrant de malformation cardiaque en avril. "Certains attendent encore DEPUIS PLUS DE DEUX ANS". "Nous nous félicitons de ce rapatriement, en espérant que le rapatriement de tous les enfants français soit enfin décidé".

Au total, quelque 12'000 étrangers, 4000 femmes et 8000 enfants, sont installés dans trois camps de déplacés du nord-est, la grande majorité dans celui d'Al-Hol, selon les autorités kurdes.

La France rechigne en revanche à rapatrier près de 150 adultes, hommes et femmes, qu'elle estime complices de l'Etat islamique. Elles aussi ont souvent appelé les pays concernés à rapatrier leurs ressortissants. Treize jihadistes françaises, dont Hayat Boumedienne, la compagne d'Amedy Coulibaly, l'auteur de l'attentat de l'Hyper Cacher à Paris, en janvier 2015, se sont récemment évadées des camps où elles étaient détenues. En 2019, 517 personnes, dont 371 enfants, sont mortes dans le camp d'Al-Hol, a indiqué mi-janvier à l'AFP une responsable du Croissant-Rouge kurde dans le camp.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL