Un premier médicament commence à faire ses preuves — Coronavirus

Evrard Martin
Juin 16, 2020

La dexamethasone fait partie du plus grand essai au monde visant à tester les médicaments déjà existants pour voir s'ils fonctionnent également sur le Covid-19. "Ça va être très dur de trouver un autre médicament pour la remplacer, étant donné que 50 livres sterling (56 euros) vous permettent de traiter huit patients et de sauver des vies", a ajouté Martin Landray lors d'un point de presse en ligne.

Un médicament de la famille des stéroïdes, le dexamethasone, réduit d'un tiers la mortalité chez les malades les plus gravement atteints par le coronavirus, selon les premiers résultats d'un vaste essai clinique. C'est le cas de la dexamethasone, selon les premiers résultats du vaste essai clinique Recovery publiés ce mardi. Surtout, insiste le ministre, les autorités sanitaires britanniques travaillent avec la National Health Service (NHS), le système de santé britannique, pour intégrer dès ce mardi après-midi le dexaméthasone dans les traitements standards. Ce médicament, peu cher, est déjà commercialisé et utilisé dans de nombreuses indications pour son effet anti-inflammatoire puissant. En comparant aux 4 321 autres patients qui ne l'avaient pas reçu, les chercheurs ont déterminé que le traitement a réduit d'un tiers la mortalité chez les malades placés sous ventilation artificielle.

Selon le Vidal, guide de référence de professionnels de santé, les corticoïdes synthétiques - incluant la dexaméthasone - "diminuent (à forte dose) la réponse immunitaire".

"C'est une avancée majeure dans la quête de nouvelles manières de traiter les malades du Covid", s'est donc réjoui dans un autre communiqué le Pr Stephen Powis, directeur médical du NHS, le service public de santé britannique. "Le dexamethasone est le premier médicament dont on observe qu'il améliore la survie en cas de Covid-19", ont indiqué les responsables du vaste essai britannique Recovery, selon qui "une mort sur huit pourrait être évitée grâce à ce traitement chez les patients placés sous ventilation artificielle". Le bénéfice de survie est clair et important chez les patients qui sont suffisamment malades pour nécessiter un traitement à l'oxygène, de sorte que la dexaméthasone devrait désormais devenir la norme de soins chez ces patients. Il peut être administré par voie intraveineuse en soins intensifs ainsi que sous forme de comprimés pour les patients moins gravement malades.

Au bout de 28 jours, il avait réduit les décès de 35% chez les patients qui avaient besoin d'un traitement avec des appareils respiratoires et de 20% chez ceux qui n'avaient besoin que d'oxygène supplémentaire. Il a par ailleurs précisé que le Royaume-Uni disposait de 200 000 traitements prêts à l'emploi stockés depuis mars.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL