" "Washington demande la " libération immédiate " des deux Canadiens inculpés pour espionnage — Chine

Claudine Rigal
Juin 26, 2020

Deux ressortissants du Canada sont détenus depuis plus d'un an et demi en Chine pour des "raisons purement politiques", a dénoncé le Premier ministre du Canada, Justin Trudeau.

Le Premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a réagit à l'annonce le ministère public chinois a annoncé avoir inculpé deux ressortissants canadiens pour des faits présumés d'espionnage.

"Si nous nous trouvions dans un contexte où Justin Trudeau avait essayé plusieurs choses comme retirer notre argent de la Banque asiatique d'investissement pour les infrastructures [.] et que rien n'avait donné de résultats, je comprendrais au moins pourquoi cette conversation commencerait à survenir", a-t-il lancé. "Les Etats-Unis sont au côté du Canada pour appeler Pékin à libérer immédiatement les deux hommes", Michael Kovrig et Michael Spavor, " et rejette l'utilisation de leur détention injustifiée pour intimider le Canada", a déclaré le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo dans un communiqué.

Washington demande la «libération immédiate» des deux Canadiens en Chine
Les « deux poids et deux mesures » du Canada condamnés

Les deux hommes avaient été interpellés en décembre 2018 quelques jours après l'arrestation au Canada, à la demande de la justice américaine, de la directrice financière du géant chinois des télécommunications Huawei, Meng Wanzhou. Toutefois, ce mercredi, Pékin a confirmé que le sort des prisonniers était directement lié à celui de Meng Wanzhou, accusée par Washington, d'avoir tenté de contourner les sanctions imposées à l'encontre de l'Iran. De quoi mettre de l'huile sur le feu entre Pékin et Ottawa, alors que depuis ces incidents, les relations entre les deux pays se sont considérablement détériorées.

Vina Nadjibulla a indiqué dans une interview à la chaîne publique CBC, s'être fait confirmer qu'en matière d'extradition, le ministre de la Justice a le pouvoir d'intervenir dans la procédure à n'importe quel moment. Selon ces derniers, le gouvernement peut ainsi légitimement agir et aider les principaux concernés. Cependant, Justin Trudeau a une nouvelle fois exclu tout échange de détenus dans cette affaire, réaffirmant l'indépendance du système judiciaire.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL