5G: Huawei sera bien exclu, à terme, des réseaux mobiles français

Xavier Trudeau
Juillet 23, 2020

Dans un entretien au quotidien Les Echos, l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (Anssi) a fait savoir au début du mois qu'elle allait accorder des autorisations aux opérateurs télécoms pour utiliser des équipements 5G, y compris ceux fabriqués par Huawei, pour des durées pouvant aller jusqu'à huit ans. Des restrictions à l'exportation pourraient être introduites si d'autres pays européens font de même.

Selon certaines personnes qui connaissant bien les politiques et philosophies des deux entreprises européennes, Nokia et Ericsson seraient déjà en train de réfléchir à relocaliser une partie de leur production d'équipements 5G ailleurs qu'en Chine, tout en restant sur le continent asiatique afin de conserver des coûts de production bas.

La décision du gouvernement de Boris Johnson place le Suédois Ericsson et le Finlandais Nokia parmi les bénéficiaires immédiats de la campagne contre Huawei, menée au départ par les Etats-Unis qui accusent la compagnie chinoise d'espionner pour le compte de Pékin. Le ministère du commerce chinois menace ainsi de mettre en place des contrôles à l'exportation qui les empêcheraient de faire sortir leurs produits du territoire chinois... Nokia et Ericsson n'ont pour l'heure pas encore réagi à ces déclarations.

Pékin pourrait ici chercher à faire plus "de peur que de mal ": Ericsson et Nokia - tout comme de multiples multinationales américaines et britanniques - emploient des milliers de travailleurs chinois dans les usines mais aussi dans les centres de recherche et développement dispersés en Asie (30 000 personnes en tout, réparties entre la Chine, la Corée du Sud, Taïwan, le Japon et Hong Kong).

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL