Affaire Maddie: La police allemande fouille un jardin ouvrier à Hanovre

Claudine Rigal
Juillet 28, 2020

"Je peux confirmer que cette fouille est liée à nos investigations dans le dossier Maddie McCann", a dit Julia Meyer, porte-parole du parquet de Brunswick.

Les autorités allemandes ont déclaré le mois dernier qu'elles avaient identifié un homme allemand de 43 ans - identifié dans les médias locaux comme étant Christian B - comme suspect dans l'affaire McCann et enquêtaient sur lui pour meurtre.

Ces jardins ouvriers sont très prisés en Allemagne, permettant généralement aux habitants des villes de bénéficier d'un petit espace où ils y cultivent parfois des fruits et légumes, effectuent des barbecues entre amis et se reposent le week-end dans un écrin de verdure.

La police allemande a fouillé mardi à l'aide d'une pelleteuse un terrain situé dans la ville de Seelze, dans la banlieue de Hanovre, dans le cadre de l'enquête sur la disparition de Madeleine McCann, fillette britannique disparue en mai 2007 à l'âge de trois ans lors de vacances avec ses parents au Portugal.

Le suspect, qui est actuellement en prison en Allemagne, a passé de nombreuses années au Portugal, y compris à Praia da Luz au moment de la disparition de Madeleine, et a déjà été condamné à deux reprises pour " contact sexuel avec des filles", ont déclaré les autorités.

Les enquêteurs affirment détenir des "preuves ou faits concrets" concernant la mort de l'enfant mais sont toujours à la recherche de preuves médico-légales. En détention, il a dû être placé à l'isolement afin d'empêcher qu'il ne soit agressé par des co-détenus. Ils auraient aussi mis la main sur des clés USB contenant des milliers d'images pédophiles, dont certaines mettant en scène le suspect. Il est en effet visé par une demande d'extradition au Portugal pour le viol d'une femme de 72 ans. Celle-ci aurait informé Christian B. dès 2013 qu'elle le soupçonnait, ce qui pourrait lui avoir laissé la possibilité de détruire des preuves éventuelles.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL