Air France annonce la suppression de 7.580 postes d'ici fin 2022

Xavier Trudeau
Juillet 6, 2020

Un comité social et économique (CSE) extraordinaire s'y est tenu pendant moins de deux heures mais plusieurs cadres n'ont pu y accéder en raison du portail cadenassé et d'un feu de palette et de pneus allumés par la petite cinquantaine de représentants de salariés venus de toute la France.

Contactée, la direction d'Air France dit vouloir réserver "la primeur de la présentation de ses orientations stratégiques et de leurs impacts en matière d'emploi aux partenaires sociaux et aux instances représentatives du personnel, qu'elle réunira vendredi 3 juillet au cours d'un CSEC ".

Il en ira de même chez HOP!

Alors que se tient ce vendredi le Comité social et économique (CSE) extraordinaire, les salariés morlaisiens de la filiale régionale d'Air France ont débrayé pour protester contre la fermeture de leur site, prévue en 2022.

Pour le personnel au sol, elle vise un PDV-PSE (plan de départs volontaires - plan de sauvegarde de l'emploi) pour environ 2.600 postes, de sources syndicales.

Chez Air France, un peu plus de la moitié (3.500) des 6.560 postes à supprimer doivent l'être via des départs naturels non remplacés, selon un document consulté par l'AFP en amont du CSEC.

Mais selon les syndicats, le court-courrier, drastiquement réduit, pourrait être soumis à des départs contraints, une première chez Air France, faute de départs volontaires suffisants ou d'acceptation d'une mobilité géographique. Un site qui existe depuis 1997, et a déjà connu plusieurs " pavillons " avant d'intégrer le groupe Air France. La compagnie spécialiste des lignes interrégionales connaîtra des départs naturels non remplacés et un PDV-PSE pour l'ensemble du personnel.

L'État français, actionnaire d'Air France-KLM, a apporté un soutien financier de 7 milliards d'euros au groupe franco-néerlandais, dont 4 milliards de prêts bancaires garantis et 3 milliards de prêt direct, en lui demandant d'améliorer sa rentabilité et son impact environnemental.

" La solidarité au sein du groupe Air France sera également mise en œuvre avec des propositions d'offres d'emploi internes à tous les salariés dont le poste serait supprimé et qui n'auraient pas souhaité s'inscrire dans le plan de départs", assure la compagnie française dans son communiqué annonçant la suppression de 6.560 emplois au sein de ses effectifs d'ici fin 2022 et également 1.020 autres dans sa filiale régionale HOP! Les sites de maintenance de Hop! à Morlaix et Lille seraient menacés de fermeture, tout comme une base de personnel navigant Air France à Toulouse.

"Aujourd'hui on dénonce les 1 022 suppressions d'emploi, on dénonce l'arrêt de certaines lignes, on dénonce le transfert d'activité de notre périmètre vers Transavia" (compagnie low-cost), a expliqué M. Rondel.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL