Décès à 93 ans de l'avocate et figure féministe Gisèle Halimi — France

Pierre Vaugeois
Juillet 28, 2020

Considérant ne pas "avoir été au bonne mère, au sens commun", Gisèle Halimi, élue à l'Assemblée nationale de 1981 à 1984, n'a eu de cesse de regretter "la condition des femmes" et la charge mentale qui leur incombe et qui "ne change guère".

"L'avocate et figure féministe Gisèle Halimi est morte à l'âge de 93 ans, au lendemain de son anniversaire, a annoncé sa famille ce mardi".

"Elle s'est éteinte dans la sérénité, à Paris", a déclaré à l'AFP un de ses trois fils, Emmanuel Faux, estimant que sa mère avait eu "une belle vie".

"Une immense voix s'est éteinte", a également réagi la maire de Paris Anne Hidalgo.

Née le 27 juillet en 1927 en La Goulette, près de Tunis, elle avait milité pour l'indépendance de la Tunisie et de l'Algérie.

La défense médiatisée qu'elle mène auprès de deux jeunes femmes victimes d'un viol collectif en 1978 contribue également à l'adoption d'une nouvelle loi, deux ans plus tard, définissant le viol et l'attentat à la pudeur comme des crimes, et non plus comme des délits.

La ministre de la Culture Roselyne Bachelot a, elle, évoqué une "avocate infatigable des droits de femmes, magnifique écrivaine, militante déterminée", tandis que sa collègue déléguée à l'Egalité femmes-hommes Elisabeth Moreno a distingué une "rebelle infatigable (qui) s'est battue toute sa vie pour améliorer le sort des femmes". Notamment au début des 1970, pour le fameux procès Bobigny (1972), un procès avec un fort écho médiatique au sujet de l'avortement.

Ses combats ont été à plusieurs reprises portés à l'écran, dans des téléfilms dont "Le procès de Bobigny" (2006), avec Anouk Grinberg, et "Le viol" (2017), avec Clotilde Courau. À chaque fois elle utilisait son talent pour faire avancer le droit pour toutes. La cause des femmes, c'était aussi le nom du mouvement féministe qu'elle avait créé en 1971 aux côtés de Jean Rostand et Simone de Beauvoir. "Grâce à ce procès de Bobigny, elle a permis une prise de conscience de la population". L'histoire de ce procès avait été récemment adaptée par la Comédie française en 2018. Une chose est sûre c'est que le nom de Gisèle Halimi n'est pas inconnu dans le département. "Les politiques avaient aussi besoin de ça pour faire passer le texte, que Simone Veil a ensuite réussi à faire passer à l'Assemblée nationale pour dépénaliser l'avortement." .

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL