Découverte du lieu où Van Gogh a peint sa dernière oeuvre : Racines

Pierre Vaugeois
Juillet 31, 2020

Le site se trouve à 150 mètres de l'Auberge Ravoux, l'établissement où Van Gogh passa les 70 derniers jours de sa vie.

Une carte postale a aidé à trouver l'endroit probable où Vincent van Gogh a peint ce qui aurait pu être son dernier chef-d'œuvre, disent les experts en art. Une ancienne carte postale a été retrouvée, montrant un taillis où figurent les mêmes racines, a révélé ce mardi le directeur scientifique de l'Institut Van Gogh d'Auvers-sur-Oise.

La découverte a été faite alors qu'il classait tranquillement chez lui des documents pendant le confinement en avril, a expliqué Wouter van der Veen. En se basant sur la pratique artistique de Van Gogh et sur la comparaison entre le tableau, la carte postale et l'état actuel du coteau, les experts conclurent qu'il s'agissait "très vraisemblablement " du bon endroit. "La configuration des racines et des troncs sur la carte postale correspondait à celle sur le tableau". Étaient notamment présents son arrière-petit-neveu, Vincent-Willem Van Gogh, la directrice du Musée d'Amsterdam, la présidente de la Fondation Van Gogh d'Arles, l'ambassadeur des Pays-Bas à Paris, la maire d'Auvers et la présidente du conseil départemental.

Cette toile "avait donné cours à toutes sortes de théories, sur le fait par exemple qu'il aurait signé un tableau marquant le début de l'art abstrait, de l'art nouveau", a relevé le chercheur.

Ce tableau, peint peu avant qu'il se tire une balle dans le ventre, le 29juillet 1890, était indéchiffrable, car le lieu de sa réalisation était impossible à situer, a-t-il ajouté.

Pour le chercheur, ce tableau représente "un testament, une lettre d'adieu " du peintre néerlandais: "Le taillis symbolise pour lui la lutte de la vie".

"Dans une lettre, le beau-frère de Theo van Gogh, Andries Bonger, a décrit comment l'artiste " avait peint une scène de forêt, pleine de soleil et de vie " le " matin avant sa mort ". On en récolte les troncs et, de la souche, de nouvelles pousses apparaissent. "Cela élimine toutes ces théories foireuses, qui n'ont pas fait de bien à sa mémoire, comme celle affirmant qu'il aurait été tué par accident par des gamins maniant un pistolet", affirme Wouter van der Veen, stupéfait que 130 ans après, la souche principale qu'on retrouve sur le tableau soit encore visible aujourd'hui. Van Gogh "a dû souvent passer à côté de l'emplacement en allant dans les champs qui s'étendaient derrière le château d'Auvers, où il peignait durant sa dernière semaine".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL