Deux projets de vaccins montrent des résultats encourageants — Coronavirus

Evrard Martin
Juillet 21, 2020

Le vaccin contre le coronavirus de Moderna va passer en phase III vers la fin de juillet avec 30.000 participants. "C'est un résultat positif, mais il reste encore un long chemin à parcourir", a déclaré Michael Ryan, directeur des situations d'urgences sanitaires à l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), tandis que son directeur général Tedros Adhanom Ghebreyesus a appelé à "faire davantage avec les outils dont nous disposons", en attendant que la recherche d'un vaccin porte ses fruits.

Les données de l'essai clinique en phase initiale sur des volontaires sains du candidat-vaccin AZD1222, développé par Astrazeneca en collaboration avec l'université d'Oxford, ont montré que le traitement était sûr et qu'il produisait une réponse immunitaire. Ce vaccin, a " provoqué une importante réaction d'anticorps pour la plupart des quelque 500 participants de l'essai", relève la même source.

Que faut-il conclure de ces essais?

Il faudra donc attendre un essai de phase 3 prenant en compte un plus grand nombre de participants. Leur vaccin est lui aussi basé sur un adénovirus affaibli, mais cette fois-ci, il s'agit d'un virus affectant les humains plutôt que les chimpanzés. Alors que la deuxième branche du système immunitaire se défend par les lymphocytes T, qui sont des globules blancs qui détruisent directement les cellules infectées et en finissent définitivement avec la carte génétique du coronavirus. À l'en croire, " Si notre vaccin s'avère efficace, c'est une option prometteuse, car ce type de vaccin peut être fabriqué facilement à grande échelle ". Ce qui rassure et redonne de l'espoir, c'est que les deux essais n'ont enregistré aucun effet indésirable grave.

Cependant, les patients ont signalé l'apparition de certains effets secondaires tels que fatigue, migraine et douleurs musculaires.

Plus d'une centaine de vaccins sont aujourd'hui en cours de développement pour lutter contre le SARS-CoV-2. Seul l'essai chinois comportait des patients de plus de 55 ans, et chez ces derniers, les taux d'anticorps observés étaient moins élevés.

Les essais cliniques, menés distinctement sur des patients infectés au coronavirus, ont produit une riposte immunitaire conséquente à l'infection invisible mortelle.

Le site iPolitics a lié ces problèmes d'exportation aux tensions entre la Chine et le Canada, qui bloquent le transit d'autres marchandises.

Selon Bruno Hoen, les essais vont commencer de manière immédiate, "dans des zones où le virus circule". Pour y faire face, beaucoup de scientifiques à travers le monde œuvrent pour mettre au point un vaccin. Selon lui, le financement des vaccins pourrait ralentir sa mise sur le marché.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL