Le nombre d'enfants touchés par la maladie de Kawasaki a bondi de près de 500% à Paris — Coronavirus

Evrard Martin
Juillet 22, 2020

L'augmentation est proche de 500 % démontre l'étude menée le service de pédiatrie générale de l'hôpital Robert Debré à Paris. " Nous avons pu réaliser une étude qui a essayé d'évaluer sur une quinzaine d'années quelle était la fréquence de la maladie de Kawasaki chez les enfants hospitalisés à Robert Debré", précise Albert Faye, le chef du service de pédiatrie de l'hôpital Robert Debré, auprès de franceinfo. Le nombre d'admissions à l'hôpital d'enfants touchés par cette maladie a en effet bondi de 497 % en avril, durant l'épidémie de coronavirus.

Depuis 2005 et jusqu'au début de la crise du Coronavirus, 230 patients avaient été hospitalisés. En résumé: il existe un lien " assez clair " entre la maladie de Kawasaki et le Covid-19.

Selon les experts de l'hôpital Robert Debré, la maladie touche essentiellement les enfants de moins de 5 ans.

La maladie de Kawasaki se manifeste entre autres par des plaques rouges sur le corps, de la fièvre, une détresse respiratoire, de la diarrhée.

A l'heure actuelle, plus aucun enfant atteint de la maladie de Kawasaki n'est hospitalisé dans son service. Elle est généralement assez bien soignée, avec des immunoglobulines. Et globalement, par rapport au très grand nombre d'adultes qui ont été hospitalisés pour des complications liées au Covid, il y a eu très peu d'enfants hospitalisés, que ce soit pour des complications liées au Covid ou pour la maladie de Kawasaki. Pendant l'épidémie de coronavirus, les enfants ont développé des formes encore plus graves de Kawasaki avec des atteintes au niveau digestif, des douleurs abdominales. Albert Faye, chef du service pédiatrie à l'hôpital Debré ajoute, sur France TV Info: "Les enfants sont atteints de fièvre, une inflammation importante au niveau du sang, une éruption spécifique, un enfant qui est très fatigué, des œdèmes au niveau des extrémités". Et les formes sévères de la maladie, en lien avec le Covid-19, restent " restent très rares ". "Il faut relativiser". Albert Faye insiste sur le fait que "cela se soigne de manière satisfaisante si c'est pris précocement". "Tout signe dans ce sans là doit amener à consulter".

Les auteurs de létude concluent que le kawa-Covid 19 (maladie de Kawasaki associée au Covid-19) est "une entité spécifique au SARS-Cov-2", nécessitant "une prise en charge thérapeutique d'emblée plus agressive chez certains patients".

"D'autres études sont nécessaires pour mieux préciser la stratégie thérapeutique optimale et l'évolution long terme du Kawa-Covid-19.".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL