Le rover martien Perseverance prêt à décoller

Alain Brian
Juillet 30, 2020

"Je vais apporter le soutien à ce lancement comme je l'ai fait pour les autres rover vers Mars ", a déclaré mercredi à la MAP le scientifique qui supervise, avec les autres équipes de la NASA, les dernières phases avant le compte à rebours pour le décollage de la sonde qui emmènera le grand véhicule à six roues depuis le complexe de lancement spatial de la base aérienne de Cape Canaveral en Floride à 7:50 (GMT-5).

Après un voyage de sept mois, " Perseverance " atterrira au cratère de Jezero le 18 février 2021. Une deuxième poussée, depuis l'orbite terrestre, a propulsé Perseverance sur sa trajectoire en direction de Mars.

Avec un léger retard dans la fenêtre de lancement suite à la vérification des derniers détails, la mission Mars 2020 d'exploration de la planète Mars a correctement pris son envol ce 30 juillet. Le rover emporte aussi un mini-hélicoptère qui tentera le premier vol d'un appareil sur une autre planète.

Mars pourrait donc avoir l'an prochain trois rovers en activité, avec l'Américain Curiosity, qui a parcouru 23 km sur la planète rouge depuis 2012. Un générateur au plutonium rechargera ses batteries.

Une fois le rover arrivé à bon port, la Nasa tentera de faire s'envoler l'hélicoptère Ingenuity, 1,8 kg, dans l'air très fin de Mars, dense comme 1% de l'atmosphère terrestre. L'instrument baptisé MOXIE utilisera pour cela un procédé appelé électrolyse. Il partira à la recherche de traces anciennes de vie et devra répondre à la question de savoir si Mars est habitable. Avant que la planète rouge ne devienne froide et sèche, pour une raison qui échappe encore aux planétologues.

Perseverance aura à sa disposition une panoplie d'instruments scientifiques pour étudier les roches et poussières sur place mais un volet important de la mission consistera à collecter des échantillons qui seront ramenés ensuite sur Terre à l'occasion d'une future mission.

La preuve indiscutable de vie passée sur Mars ne sera très probablement pas confirmée, si elle existe, avant l'analyse de ces échantillons la décennie prochaine, a dit mardi Thomas Zurbuchen, chef scientifique de la Nasa.

Le robot cherchera des traces d'anciens microbes ayant peut-être peuplé la planète il y a plus de trois milliards d'années.

Plus de 350 géologues, géochimistes, astrobiologistes, spécialistes de l'atmosphère et autres scientifiques, du monde entier, participent à la mission, qui durera au moins deux ans, et sans doute beaucoup plus longtemps si l'on en croit l'expérience des précédents rovers, très endurants.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL