L'enseigne Tati disparaît avec la fermeture de son emblématique magasin de Barbès

Xavier Trudeau
Juillet 9, 2020

Connectez-vous pour conserver cet article et le lire plus tard.

L'enseigne au logo vichy rose fut une véritable institution dans les années 1980, en particulier pour la communauté maghrébine de France qui avait l'habitude d'y faire des achats, entre autres destinés aux familles " au bled ". "Tati n'a pas vu le retour de ses clients vers son centre historique de Barbès". Le magasin a été " doublement " touché, en raison des grèves en décembre dernier puis de la crise sanitaire en 2020. En conséquence, le magasin emblématique a accusé une baisse de 60% de ses ventes entre le 1er octobre 2019 et le 31 mai 2020 par rapport à la même période de l'année précédente.

Le groupe GPG avait alors été choisi pour reprendre les 109 magasins et 1.428 salariés, avec la promesse de maintenir l'enseigne Tati.

En septembre 2019, le groupe GPG avait organisé la reprise de 50 magasins Tati et de leurs équipes par l'enseigne Gifi, et facilité la reprise de 29 autres magasins par des anciens managers du groupe à travers l'enseigne de déstockage KLO.

Il ne restait plus que lui et ce sera bientôt fini.

Pour les cinq derniers magasins Tati qui ne rejoindraient pas l'enseigne KLO: le magasin d'Agde serait repris avec ses quatre collaborateurs par "Chauss 34", enseigne du Sud de la France, et les quatre autres magasins, respectivement à Paris Barbès, Sarlat, Bruay la Buissière et Trélissac, devraient fermer. Plusieurs ouvertures du concept ont été menées en juin, notamment à Lorient, Alès et Bondy. Leur date de fermeture n'est pas précisée.

Premier acteur à vendre du textile à bas prix sous forme de bazar, ce magasin historique de la capitale a été le seul point de vente Tati pendant trente ans, jusqu'en 1978, avant que ne soit décidé son déploiement dans le pays.

Le magasin Tati de Barbès va fermer ses portes, a annoncé l'entreprise mardi 7 juillet 2020. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL