Royaume-Uni / Coronavirus : Boris Johnson veut faire maigrir les britanniques

Claudine Rigal
Juillet 30, 2020

Johnson annoncera lundi sa campagne "Better Health", qui devrait inclure l'encouragement des médecins à émettre des "prescriptions de cyclisme" pour les patients en surpoids, des pistes cyclables plus séparées et une interdiction des publicités télévisées de malbouffe avant 21 heures, selon les médias britanniques. "Nous savons que l'obésité accroît le risque de maladies graves et de mourir du coronavirus, il est donc vital que nous prenions des mesures afin d'améliorer la santé de notre nation et protéger le NHS", a affirmé Matt Hancock, ministre de la Santé. En outre, les chaînes de restaurants à emporter de plus de 250 employés seront dans l'obligation d'afficher publiquement le nombre de calories dans leurs menus.

Les supermarchés devront par ailleurs mettre fin aux promotions sur la malbouffe et auront "l'interdiction de placer ces articles aux emplacements clefs de leurs magasins, comme devant les caisses ou à l'entrée".

"Quand vous faîtes vos courses, il est juste d'avoir accès aux bonnes informations sur la nourriture que vous mangez, pour aider les gens à prendre les bonnes décisions", a jugé Matt Hancock.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson est sur le point de déployer une campagne anti-obésité de 10 millions de livres (12 millions de dollars), y compris des interdictions de publicité pour la malbouffe, à la suite de son contact avec la mort qu'il a en partie imputée à son poids.

Ce plan intervient alors qu'une étude des autorités sanitaires anglaises a révélé samedi que les personnes obèses présentaient 40% de risques supplémentaires de mourir du nouveau coronavirus.

Le dirigeant conservateur s'était auparavant déclaré contre une approche "maternisante" de l'État, mais a été ébranlé par son hospitalisation en soins intensifs au printemps, après avoir contracté une forme sévère du Covid-19.

Le gouvernement n'a pas donné les détails concernant le financement de ce plan, mais le journal The Guardian a évalué le coût de ces mesures à 10 millions de livres (11 millions d'euros).

Des projets pilotes devraient être lancés pour favoriser la marche et le vélo dans les quartiers où la santé est mauvaise.

Au Royaume-Uni, près des deux tiers (63%) des adultes sont au-dessus d'un poids considéré comme sain, avec 36% en surpoids et 28% en obésité, selon les données gouvernementales. Actuellement, un enfant sur trois est en situation du surpoids. "Nous allons exhorter les citoyens à profiter de ce moment pour faire le point sur leur mode de vie et à prendre des mesures simples pour perdre du poids, vivre plus sainement et réduire la pression sur le NHS" (service de santé publique britannique).

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL