Thomas Pesquet repartira dans l'espace en 2021 avec une navette SpaceX

Alain Brian
Juillet 28, 2020

De l'entraînement il en aura besoin puisqu'il rejoindra cette fois l'ISS à bord d'un véhicule qu'il ne connaît pas du tout puisqu'il s'agit du Crew Dragon de SpaceX. Or l'ISS, qui va célébrer 20 ans de présence humaine dans l'espace, peut "manquer de nouveauté", concède-t-il.

Thomas Pesquet sera le premier Européen à voler sur ce véhicule, finalement choisi face à Boeing.

Comment va-t-il rejoindre l'ISS?

Sa première, pour rappel, s'appelait Proxima.

"Et puis l'ISS, c'est un laboratoire donnant accès à des phénomènes scientifiques inaccessibles sur Terre à cause de la gravité", fait valoir Thomas Pesquet, qui embarquera en orbite des cellules souches de cerveau, pour étudier leur vieillissement accéléré dans l'espace.

Qu'importe, car "on est là pour faire de la science", rappelle-t-il, et l'ISS "a encore de l'avenir". "C'est d'abord une étape nécessaire pour préparer des missions futures vers Mars ou la Lune", pour laquelle il est candidat - "comme tous mes collègues". "Là où se trouvent les premières exoplanètes, celles qu'on ira chercher le jour où la technologie le permettra".

Par ailleurs, l'exploit du mois de mai salue également le retour des Américains dans la conquête spatiale, puisqu'il s'agissait du premier vol habité au départ des États-Unis depuis 2011.

Le film "Dans les yeux de Thomas Pesquet" - est diffusé actuellement à la Cité de l'Espace à Toulouse et au Futuroscope de Poitiers.

Le Français a révélé ce mardi via son compte Twitter qu'il allait voyager en 2021 à bord du Crew Dragon, la capsule futuriste de SpaceX. "Il faut bouleverser ses habitudes. mais on est là pour s'adapter!" commente l'ingénieur et pilote de ligne. Mais il s'est déjà entraîné sur les simulateurs chez SpaceX, la société d'Elon Musk basée en Californie. Son entraînement au Japon n'aura ainsi lieu qu'en virtuel.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL