Un deuxième patient atteint du VIH officiellement guéri — Sida

Evrard Martin
Juillet 19, 2020

En procédant à cette opération, les médecins espéraient pouvoir le guérir des deux maladies, tout comme "le patient de Berlin " environ 10 ans auparavant.

Ce dernier n'a ainsi manifesté aucun signe du virus depuis 30 mois et ce, malgré l'arrêt des traitements antirétroviraux, selon une étude publiée dans la revue scientifique The Lancet HIV. En effet, une deuxième personne dans le monde atteinte du VIH vient d'être officiellement guérie.

Si certains pensaient que la guérison du premier patient atteint du VIH il y a neuf ans n'était que le fruit du hasard et de la chance, aujourd'hui, avec ce deuxième cas, les chercheurs soulignent que le traitement du VIH par la transplantation de cellules souches peut être reproduit.

Le professeur Gupta a déclaré à l'AFP avoir contrôlé et testé un important nombre d'endroits où le virus peut se cacher et tous les résultats étaient négatifs à l'exception de quelques traces du virus inactives.

Le professeur affirme que le patient de Berlin, l'Américain Timothy Ray Brown considéré guéri en 2011, a subi une greffe de moelle osseuse pour traiter un cancer du sang, et reçu ainsi des cellules souches de donneurs porteurs d'une mutation génétique rare qui empêche le VIH de s'implanter, le CCR5. Au total, près de 38 millions de personnes resteraient malades du SIDA à travers le monde.

Plus précisément, Adam Castillejo, infecté par le VIH-1, a donc été allogreffé avec un donneur homozygote CCR5Δ32, sans irradiation corporelle, pour un lymphome de Hodgkin au stade 4B résistant aux multiples chimiothérapies. Cela dit, son cas n'est malheureusement pas transposable à d'autres malades, car la procédure utilisée est lourde et risquée, avec un taux de mortalité de 10%.

Et il est impossible de dire avec une certitude absolue que son VIH ne reviendra jamais. "Je veux être un ambassadeur d'espoir", confie Adam Castillejo, qui a grandit à Caracas, au Venezuela. "Et le quadragénaire d'ajouter: " Je ne veux pas que les gens pensent: " Oh, vous avez été choisi ". "J'étais au bon endroit, probablement au bon moment, quand c'est arrivé".

"Le patient de Londres" a désormais un nom: Adam Castillejo. "Nous devons constamment rappeler l'importance de la prévention, du dépistage précoce et de l'adhésion au traitement comme piliers de la réponse mondiale actuelle au VIH/sida", a ainsi commenté auprès de CNN Sharon Lewin, directrice du Peter Doherty Institute for Infection and Immunity de l'Université de Melbourne (Australie), et membre du conseil d'administration de l'International Aids Society. "En même temps, c'est beaucoup de poids à porter pour une seule personne". L'apparition de formes de VIH résistantes aux médicaments représente aussi une préoccupation croissante.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL